Le référendum contre les deux semaines de congé paternité a abouti. La Chancellerie fédérale a annoncé mercredi que 54 489 des 55 120 signatures déposées sont valables.

Le référendum est porté par l’UDC, quelques membres des jeunes libéraux-radicaux et du PDC. Pour les opposants au congé, celui-ci est trop coûteux pour les employés et les employeurs.

Lire aussi: Congé paternité: le Conseil national opte pour les deux semaines

Le texte adopté par le parlement prévoit d’accorder aux pères un congé de deux semaines financé par les allocations pour perte de gains. Il devrait être pris dans les six mois suivant la naissance, pas forcément en bloc.

Obtention des signatures débattue

La charge financière serait de 230 millions de francs par an et nécessiterait un relèvement de 0,05 point des cotisations sociales concernées. Sur le salaire moyen suisse de 6500 francs par mois, employeur et employé devraient verser ensemble 3,90 francs de plus.

Lire aussi: Congé paternité ou parental: les petits pas sont irresponsables!

Les référendaires ont été accusés d’avoir utilisé des méthodes trompeuses et des arguments mensongers pour obtenir leurs signatures. Ils s’en sont défendus. Les journaux ont rapporté des problèmes notamment dans les gares de Neuchâtel, Lausanne et Fribourg.