Tube, écouvillon, rotations: en cette période de contamination élevée, ces gestes sont devenus quasi automatiques et les autotests, partie intégrante de notre quotidien – bien que leur efficacité ait été maintes fois remise en question, et ce dès leur mise en circulation il y a bientôt une année. Si le test rapide reste un premier garde-fou pratique avant un souper entre amis, sa capacité à détecter le virus varierait d’un produit à un autre. Et justement: en Suisse, les pharmacies ne proposent pas les plus fiables, a constaté la Schweizer am Wochenende dans un article publié ce samedi.