Après sa démission le 9 janvier du poste de président de la BNS, Philipp Hildebrand percevra son salaire pendant encore 12 mois, indique mercredi la Banque. Il a par ailleurs l’interdiction d’être engagé par une banque pendant les six prochains mois.

Cette mesure s’allonge même à 12 mois pour les grandes banques suisses, a expliqué à l’ats le porte-parole de la BNS Walter Meier, citant le règlement de la banque nationale. Philipp Hildebrand ne recevra pas d’indemnités de départ de la BNS, a-t-il précisé.

Les six premiers mois de salaires encore versés correspondent au délai de résiliation du contrat de travail, même si Philipp Hildebrand a été libéré de ses fonctions avec effet immédiat. Les six mois suivants sont payés, conformément au règlement, en raison des délais fixés avant de pouvoir être employé par une banque.

Les membres de la direction générale qui quittent la BNS peuvent toutefois immédiatement exercer une activité pour une autre entreprise, à condition que le Conseil de banque donne son accord. Ce dernier pourra refuser si «le danger d’un conflit d’intérêt ne peut être écarté».

Au cas où Philipp Hildebrand devait à l’avenir exercer une activité autorisée par le Conseil de banque, le montant correspondant à sa rémunération serait alors retiré de la somme versée par la BNS, a précisé Walter Meier. Les honoraires de conférence ne sont toutefois pas concernés.

En 2010, Philipp Hildebrand a perçu un salaire annuel de 994’800 francs, selon le rapport annuel de la banque centrale. Il était président du directoire de la Banque nationale suisse depuis le 1er janvier 2010.