C’est un «tsunami» qui s’est abattu sur Philippe Demierre en cette fin de dimanche après-midi. Le 28 novembre, au bout du suspense, le Fribourgeois de 53 ans terminait sixième du second tour et permettait à l’UDC de retrouver une place au sein du Conseil d’Etat, après une absence de vingt-cinq ans. «Les émotions ont été intenses au sein de mon parti», reconnaît le nouvel élu. Son élection résonne rapidement hors des frontières cantonales, notamment sur Vaud et Genève, les prochains à se rendre aux urnes. Et quand le portable sonne en pleine interview télévisée, c’est le président de la Confédération, Guy Parmelin, qui appelle pour le féliciter.