Santé

Philippe Eckert, prochain patron du CHUV

Le gouvernement vaudois a de nouveau choisi un médecin pour succéder dès 2020 à Pierre-François Leyvraz à la tête du centre hospitalier vaudois

Philippe Eckert sera le prochain directeur général du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), où il dirige actuellement le Centre des brûlés. Avec cette nomination, annoncée jeudi et qui prendra effet au début de 2020, le gouvernement vaudois a une nouvelle fois choisi un médecin pour ce poste, actuellement occupé par Pierre-François Leyvraz.

«Sa vision stratégique pour l’institution, ses compétences médicales largement reconnues, ainsi que son expérience de conduite d’un établissement hospitalier ont convaincu le gouvernement de choisir Philippe Eckert», explique le communiqué du Conseil d’Etat. Comme son prédécesseur, il occupera les fonctions de directeur général et de directeur médical. Il a été retenu parmi 17 candidats, dont sept, cinq hommes et deux femmes, ont été auditionnés.

Lire également:  Leçon de leadership en direct du CHUV

Chef du Centre des brûlés au CHUV, Philippe Eckert avait été mandaté en octobre 2015 pour réorganiser les soins intensifs suite à une crise liée à d’importants dysfonctionnements. On le présentait alors comme le «super-organisateur» dont la cité hospitalière avait besoin. Il avait précédemment exercé une responsabilité au service de soins intensifs de la clinique de La Source, à Lausanne. «J’ai toujours gardé un petit pourcentage d’activités au CHUV dans mes différentes expériences professionnelles. Le fait d’être passé par d’autres établissements me donne une connaissance du réseau hospitalier favorable aux partenariats avec d’autres structures hospitalières», a expliqué au Temps celui qui est par ailleurs à la tête du Programme latin de don d’organes (PLDO) depuis 2008.

Enfance dans le Jura

En parallèle à ses activités professionnelles, le Jurassien a enseigné l’évaluation clinique et la détection des signes d’alertes et de prises en charge ainsi que la physiopathologie à l’Université de Lausanne (Unil). Un engagement qui devrait se réduire avec ses nouvelles fonctions.

Philippe Eckert a étudié la médecine à l’Unil de 1982 à 1987 après avoir grandi dans le Jura et être né à Bâle il y a cinquante-huit ans. Il fait sa formation au CHUV, puis rejoint son canton d’enfance avant d’être nommé en 1998 en Valais, où il a été, durant six ans, directeur médical du Centre hospitalier du Valais romand. Alors qu’il est en poste en Valais, il obtient un MBA en management des institutions de santé à l’Université de Genève. «Une grosse charge de travail, certes, mais un enrichissement important quand on occupe un poste de direction hospitalière», souligne Philippe Eckert.

«Un environnement moins favorable»

Le futur directeur général se fixe deux objectifs à la tête du CHUV. Le premier, maintenir l’héritage du développement acquis ces dix dernières années sur le plan médical. «C’est déjà un grand défi de continuer sur cette lancée, alors qu’il y aura un environnement moins favorable, avec une pénurie de professionnels, une pression sur les coûts et une concurrence importante», affirme Philippe Eckert. Second objectif: garder le statut de référence du CHUV et poursuivre l’innovation médicale et technologique.

Une fois remplacé à son poste de chef de service de médecine intensive adulte, Philippe Eckert collaborera avec Pierre-François Leyvraz pour une période de transition. L’actuel directeur général quittera le CHUV à la fin de cette année, pour prendre sa retraite, après avoir passé onze ans dans cette fonction et trente-huit ans dans l’institution. Un temps pressenti pour le poste, le directeur général adjoint Oliver Peters a été confirmé dans la fonction qu’il occupe actuellement.

Publicité