Ce vendredi 19 mars, le Conseil fédéral confirmera-t-il la deuxième étape de déconfinement qu’il a mise en consultation voici une semaine? En début de semaine, les cantons, par la voix de la Conférence des directrices et directeurs de la santé (CDS), ont donné des signaux ambigus. D’une part, ils ont déclaré «soutenir la stratégie prudente et progressive du Conseil fédéral». D’autre part, la moitié d’entre eux proposent d’aller plus loin que lui en prônant une réouverture des restaurants dès le 22 mars, et pas seulement de leurs terrasses. Selon eux, le nombre de lits de soins intensifs occupés par des patients covid baisse et il n’y a donc pas de risque de surcharge des hôpitaux en ce moment. Qu’en est-il vraiment? Le Temps a sollicité l’avis du président des médecins romands, Philippe Eggimann.

Lire encore: Les parlementaires se sont réunis par centaines, pourquoi pas les autres?