Président de la Société médicale de la Suisse romande, Philippe Eggimann répond à quatre arguments des initiants.