La décision du Tribunal de police est tombée dans l’affaire la plus sensible du moment. Pierre Maudet, conseiller d’Etat démissionnaire, en pleine campagne pour sa propre succession, est reconnu coupable d’acceptation d’un avantage pour le luxueux voyage d’Abu Dhabi. Selon la présidente, le ministre avait envisagé et accepté le risque d’être influencé par les deux entrepreneurs qui ont activement organisé le périple. Sa faute est qualifiée d’importante. «Il a agi par convenance personnelle, il a fabriqué un mensonge et sa prise de conscience est absente.» Il est condamné à 300 jours-amendes avec sursis et à une créance compensatrice de 50 000 francs.

Les autres protagonistes sont aussi reconnus coupables. Seul le volet du financement du sondage n’est pas retenu, tout comme certaines violations du secret de fonction reprochées à l’ancien chef de cabinet.