Elections fédérales

Pierre Maudet entame le décompte des voix

Le Genevois est de retour à Berne. Il devrait pouvoir compter sur un nombre important de voix à gauche et multiplie les contacts au PDC et à l’UDC

Après avoir passé trois jours à Genève pour s’occuper des dossiers de son département, Pierre Maudet est revenu à Berne avec son équipe de campagne jeudi. Il profite du Jeûne genevois pour multiplier les contacts afin d’être prêt pour le début de la session parlementaire d’automne, lundi. Il compte se faire connaître des leaders des autres partis avant les auditions officielles. Les trois candidats se présenteront devant les groupes parlementaires UDC, PDC et Verts mardi 12 septembre et devant les socialistes, les Vert’libéraux et les bourgeois-démocrates (PBD) le 19 septembre.

Lire aussi: Gonflé à bloc, Pierre Maudet repart au combat

«Les chances de Pierre Maudet augmentent»

En coulisses, nombreux sont ceux qui reconnaissent qu’il peut créer la surprise. Un élu d’un autre parti rappelle qu’on ne lui donnait aucune chance de figurer sur le ticket du PLR. Or Pierre Maudet a non seulement réussi à y être, mais c’est désormais Isabelle Moret et non lui-même qui présente le profil le moins solide. La course devrait donc se faire entre le Genevois et Ignazio Cassis. Le Tessinois reste officiellement le favori. «Mais les chances de Pierre Maudet augmentent», assure un observateur avisé.

Lire aussi: Le grand silence d’Isabelle Moret

Quelles sont ces chances? Le Genevois dispose d’un fort potentiel dans le camp rose-vert. Certes, une partie des voix seront accordées à la seule candidate féminine. Malgré cela, on sent quelques frétillements en faveur de Pierre Maudet. Il gère son Département de la sécurité avec une main de fer, mais il a aussi mis sur pied un programme de régularisation des sans-papiers qui plaît à gauche. Il y a une semaine, le PS a publié un communiqué disant que le choix du PLR lui procurait «peu d’enthousiasme». Malgré cela, on sent émerger une certaine mobilisation en faveur de Pierre Maudet.

Ignazio Cassis trop à droite pour certains PDC

A priori, le PDC devrait accorder ses voix à Ignazio Cassis. Son président Gerhard Pfister s’est déjà exprimé dans ce sens. Il y a un réflexe de solidarité tessinoise. Si Ignazio Cassis n’est pas élu, il y aura trois Romands au Conseil fédéral et la porte restera longtemps fermée pour de futures candidatures italophones. La succession de Doris Leuthard se fera sans le PDC tessinois. Mais l’argument de la représentation linguistique ne sera pas pris en compte seul. En effet, Ignazio Cassis mène campagne en se positionnant plus à droite que Didier Burkhalter. Les démocrates-chrétiens les plus centristes ne voient pas cela d’un bon œil. Pierre Maudet le sait. C’est eux qu’il cible désormais.

Lire également: Pierre Maudet, le frisson du sommet

Et il y a la question des drogues. Ignazio Cassis milite depuis longtemps pour une réglementation uniforme des addictions. Cela ne concerne pas que le cannabis, mais l’ensemble des substances psychoactives, cocaïne incluse. Cela risque de le priver de certaines voix au PDC, mais aussi à l’UDC, parti qui lui est a priori favorable mais qui défend une politique rigoureuse à l’égard des drogues. Bien que jugé trop europhile, Pierre Maudet peut surfer sur ce doute et marquer des points à l’UDC également. Son audition devant ces deux groupes parlementaires sera décisive. Il espère aussi glaner quelques suffrages auprès des deux petites formations, le PVL et le PBD, dont les faveurs semblent a priori aller plutôt à Isabelle Moret et à Ignazio Cassis.

Retrouvez tous nos articles sur la succession de Didier Burkhalter

Publicité