Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Pierre Maudet arrive au point presse du 5 septembre 2018
© Keystone / SALVATORE DI NOLFI

Genève

Pierre Maudet: «J'ai besoin de dire que j'ai caché une partie de la vérité»

Le président du gouvernement a fait son mea culpa à la télévision. Il reconnaît et regrette un comportement inadmissible mais s'estime encore capable de gouverner pour le bien de Genève

Pierre Maudet avait annoncé une «intervention personnelle imminente». Sa toute première déclaration publique depuis que le parquet veut le poursuivre pour avoir accepté des cadeaux. Le président du gouvernement genevois a choisi de s’exprimer mercredi soir sur la chaîne de télévision Léman Bleu. «J’ai besoin de dire que j’ai caché une partie de la vérité. Ce n’est pas admissible, je le regrette et je souhaite pouvoir l’expliquer», a-t-il déclaré d’entrée de cause en faisant référence au voyage d’Abu Dhabi.

Le conseiller d’Etat a tout d’abord reconnu le mélange des genres. Ces vacances en famille incluaient une composante officielle et une invitation des autorités émiraties. «En automne, lorsque j’ai compris que le vol et l’hébergement étaient pris en charge, j’ai fait le mauvais choix de maintenir ce voyage.» Face au journaliste Pascal Décaillet, Pierre Maudet a ajouté être entré ensuite dans «cette spirale néfaste» du mensonge pour ne pas entraîner sa famille dans la polémique.

«Très maladroit»

Le ministre a présenté ses excuses aux Genevoises et Genevois — il leur adressera aussi une lettre ouverte — en disant avoir «très maladroitement» tenté de couper court à la critique afin de préserver ses proches. Reconnait-il avoir fabriqué de toutes pièces un mensonge prêtant l'invitation au dénommé Saïd Bustany? Pierre Maudet a la réponse plus vague: «Je dis que ce Bustany existe, que je l’ai vu sur place et que ce voyage avait une prédominance privée réelle avec une dimension officielle informelle».

Parlant de lui-même, le président du conseil d’Etat affirme: «Je ne suis pas un homme d’argent. Je suis un homme de pouvoir et j’ai totalement minimisé cette histoire en m’enfermant dans une logique de voyage privé. Indubitablement, j’ai été aveuglé.» Avec le recul, le ministre ne regrette pas d’avoir chapeauté le dicastère de l’économie même s’il admet que ce terrain est potentiellement plus risqué car très exposé aux affaires.

«Je ne suis pas infaillible»

Comment lui, le politicien à la réputation solide, s’est-il laissé aller au mensonge? «J’ai toujours souhaité incarner la droiture et demandé aux autres l’exemplarité, mais je ne suis pas infaillible.» Pierre Maudet reconnaît ne pas sortir indemne de cette histoire. «C’est très grave et c’est pour cela que la discussion a été solide au sein du Conseil d’Etat.»

Lire également: «C’est ubuesque!»: les réactions courroucées de députés aux décisions du Conseil d’Etat

Il est toutefois convaincu d’avoir encore la capacité de gouverner. «Dans ce tourbillon, j’ai la détermination de me battre pour Genève.» Tout en disant regretter profondément son comportement, le magistrat libéral-radical ne veut pas déclarer forfait afin de pouvoir relever les défis qui attendent le canton. Il n’envisage donc pas de démissionner. «Sauf si les circonstances évoluent de façon négative au niveau judiciaire.»

Pierre Maudet l’a encore rappelé: «Capituler n’est pas dans mon caractère.» A ses yeux, le fil de la confiance n’est pas totalement rompu mais il faudra reconstruire. Le ministre assure avoir entamé une profonde remise en question. «Je ressortirai grandi de cette histoire mais le chemin sera encore long.»

Lire aussi: Pierre Maudet est amputé de certaines de ses prérogatives

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a