Le Parti radical genevois lancera-t-il un candidat dans la course au Conseil fédéral? La question se discutait avidement en coulisses, jeudi soir, lors de l’assemblée du parti cantonal. A l’heure où nous bouclions cette édition, elle n’avait toutefois pas encore été abordée par les militants.

Pour l’heure, les radicaux ne semblent pas décidés à soutenir la candidature de la libérale-radicale Martine Brunschwig Graf. Surtout suite à l’appel du président du PLR, Fulvio Pelli, à présenter des candidatures radicales cantonales. L’argument pèse à Genève, où les deux partis n’ont pas fusionné.

Langue de bois

Jeudi soir, tous les regards se tournaient vers Pierre Maudet, dont le nom est articulé depuis quelques jours par les stratèges du parti dans le contexte de la succession de Pascal Couchepin. Surtout depuis que le conseiller d’Etat François Longchamp a assuré qu’il ne se lancerait pas. Quant à Hugues Hiltpold, président du parti et conseiller national, il semblait se préparer à annoncer qu’il ne briguerait pas le poste.

Plusieurs pontes du parti genevois estiment qu’une candidature de combat de Pierre Maudet, membre depuis deux ans de l’exécutif de la Ville de Genève et président de la Commission fédérale pour l’enfance et la jeunesse, donnerait un nouveau souffle au débat sur la succession de Pascal Couchepin.

Mais voilà: le principal intéressé optait, jeudi, pour la langue de bois. Est-il intéressé par la fonction de conseiller fédéral? «Peut-être une fois. Aujourd’hui, je regarde de très loin et avec beaucoup de détachement cette affaire. Je suis attaché à mes tâches municipales.»

Une tactique prudente, parce que «dans les affaires, c’est comme ça: le premier qui lève la tête se prend une balle. Ces sept derniers jours, on a pu constater que cette règle s’appliquait.» Pierre Maudet en dit à peine davantage sur la situation actuelle des radicaux et libéraux genevois. Martine Brunschwig Graf? «C’est une candidature libérale qui pourrait être intéressante pour les libéraux.» Signe que les radicaux ne se contenteront pas d’une candidature libérale? Le jeune radical se tait.