Pierre-Yves Maillard a été réélu pour quatre ans à la présidence de l’Union syndicale suisse (USS). La faîtière syndicale a également décidé d’organiser l’an prochain une grève féministe le 14 juin. L’élection s’est faite à l’unanimité lors du Congrès annuel de l’USS, à Interlaken (BE), a annoncé l’USS sur Twitter.

La présidente d’Unia Vania Alleva (sortante) et la secrétaire générale du Syndicat des services publics (SSP) Natascha Wey (nouvelle) ont été élues vice-présidentes dans la foulée. Natascha Wey remplace l’actuel vice-président Giorgio Tuti. Celui-ci quittera son poste de président du Syndicat du personnel des transports (SEV) en février 2023.

Le conseiller national vaudois Pierre-Yves Maillard, également candidat au Conseil des Etats lors des prochaines élections fédérales en octobre 2023, dirige l’USS depuis 2018, date à laquelle il a succédé à Paul Rechsteiner. Ce dernier avait passé près de vingt ans à la tête de la faîtière syndicale.

Lire aussi: Au moins 6000 maçons dans les rues de Lausanne

Une grève féministe annoncée

La faîtière syndicale a également décidé d’organiser l’an prochain une grève féministe le 14 juin. Elle constate que la situation des femmes en matière de salaire et de retraite ne s’est guère améliorée depuis la grève de 2019. De l’avis de la faîtière, une offensive pour l’égalité, notamment sur le lieu de travail, est donc nécessaire.

Les objectifs prioritaires de l’USS sont de revaloriser le travail des femmes, d’obtenir des salaires plus élevés ainsi qu’une augmentation des rentes. Il s’agit également de mieux concilier vie professionnelle et vie familiale.