La campagne romande des années 1930 n’est évidemment pas l’Angleterre du début du XIXe siècle, mais il y a un petit air de Dickens dans la manière qu’a Pierre-Yves Maillard de raconter aux Suisses que leur pays n’a pas toujours été l’un des plus riches du monde. Le romancier, témoin de la misère de l’Angleterre victorienne, imprimait Un Chant de Noël en 1843, le candidat socialiste vaudois au Conseil des Etats publie en cette période de l’Avent 2022 Un Vélo pour Noël (Editions de l’Aire). Tous deux s’intéressent aux conditions ouvrières et se rejoignent dans leur volonté de démontrer aux lecteurs l’humanité et l’intelligence des classes les plus pauvres de la société. Avec compassion, mais sans complaisance.