revue de presse dominicale

Pink Cross compte déposer une plainte pénale contre l’évêque Vitus Huonder

Les milieux de défense des homosexuels s’apprêtent à déposer une plainte pénale contre l’évêque de Coire responsable de propos homophobes. La presse dominicale découvre le village des Grisons le plus encensé par les touristes

Pink Cross avait d’abord exigé des excuses officielles de la part de l’évêque du diocèse de Coire, Mgr Vitus Huonder, pour avoir cité publiquement un verset de la Bible appelant à la mise à mort des homosexuels, lors d’un congrès catholique en Allemagne. Ce lundi, la faîtière des organisations homosexuelles de Suisse compte aller plus loin et déposera plainte contre l’homme d’église pour provocation publique au crime ou à la violence, rapportent le SonntagsZeitung et Le Matin Dimanche.

Au Congrès du Forum Deutscher Katholiken, à Fulda, l’évêque suisse connu pour ses postures ultra-conservatrices, citait ce verset du Lévitique: «quand un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ce qu’ils font tous les deux est une abomination: ils seront mis à mort, leur sang retombera sur eux».

Lundi dernier, Vitus Huonder «regrettait d’avoir été mal compris», assurant qu’il ne voulait en aucun cas «déprécier les homosexuels», mais réaffirmant que ces derniers «violent la loi naturelle». Pour le directeur de Pink Cross, Bastian Baumann cité dans la presse dominicale, l’évêque, qui n’en est pas à sa première condamnation de l’homosexualité, a franchi une «ligne rouge» en appelant à «réintroduire la peine de mort pour les homosexuels».

Euphorie et shopping débridé

Les Grisons ne font pas parler d’eux que pour leur évêque controversé. En cette période de vacances, les journaux du dimanche se font l’écho d’une étude sur les destinations touristiques favorites en Suisse, réalisée à partir de commentaires de clients recueillis sur une soixantaine de sites. La palme revient au petit village de Samnau, dans le plus oriental des cantons de Suisse. «Nulle part en Suisse, les clients se montrent aussi euphoriques» qu’au retour de vacances dans ce petit village grison, écrit la SonntagsZeitung, qui s’interroge sur ce succès.

Le directeur du tourisme de Samnau explique l’attractivité du village par la proximité du domaine skiable de Ischgl en Autriche, l’un des plus grands d’Europe. Mais aussi la nature, la qualité du service et, en plus «une expérience de shopping particulière». En effet, grâce à une loi de 1892, le petit village de 800 âmes est une zone franche, disposant de commerces hors taxes. D’ailleurs, remarque le dominical, les touristes ne s’y promènent pas avec des chaussures de marche et des bâtons, mais avec des sacs de courses.

Le dossier de l’asile convoité par l’UDC

Le président de l’UDC suisse Toni Brunner, lui, planche déjà sur la rentrée et élabore une stratégie, croit savoir la SonntagsZeitung, pour que son parti s’empare du Département fédéral de justice et police, actuellement dirigé par Simonetta Sommaruga. Le plan, pour le parti nationaliste, consisterait non seulement à obtenir un deuxième siège au Conseil fédéral, mais aussi à remplacer la socialiste par l’un de ses hard-liner: le chef du groupe au Parlement, Adrian Amstutz. L’UDC aurait ainsi la main sur le dossier de l’asile, qui cristallise aujourd’hui toutes ses critiques et fait encore couler beaucoup d’encre dans le presse ce dimanche.

La SonntagsZeitung relève notamment que le PLR ajoute sa voix au concert de critiques émanant des cantons de Schwyz et Lucerne à l’égard de l’accueil des réfugiés en provenance d’Erythrée. Le parti réclame la fermeture du consulat général érythréen à Genève. L’office est soupçonné de prélever des taxes sur les revenus de ses ressortissants établis en Suisse et de délivrer de faux documents de voyage à des réfugiés érythréens. Le PLR compte amener ses exigences devant le Parlement prochainement.

Publicité