Pink Cross, la faîtière des hommes homo et bisexuels en Suisse, a décidé de porter plainte contre Alain Soral. L’idéologue français d’extrême droite, installé à Lausanne, a tenu des propos virulents contre la communauté LGBTQ+ et contre une journaliste romande qui avait écrit un texte sur la diffusion en Suisse des idées de l’essayiste.

«On ne peut pas tolérer dans nos démocraties que l’on répande la haine et que l’on discrimine certaines parties de la société», a expliqué mercredi Muriel Waeger, la directrice romande de Pink Cross, sur les ondes de la RTS. Les propos de l’idéologue avaient été dévoilés ce week-end par Le Matin Dimanche.

«Créer des précédents juridiques»

L’essayiste controversé a déjà été condamné en France pour des propos visant la communauté juive. En Suisse, Pink Cross s’appuie sur la nouvelle norme pénale contre l’homophobie pour porter plainte. Depuis juillet 2020, l’article 261bis du Code pénal punit aussi les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle.

Lire aussi: Le Franco-Suisse Alain Soral condamné en appel pour provocation à la haine

«Il est important que les plaintes déposées puissent créer des précédents juridiques qui permettent dans d’autres cas une condamnation», explique Muriel Waeger à la RTS. Les propos tenus ne sont «pas anodins». Ils peuvent avoir des «conséquences directes» sur la santé mentale et le bien-être, «notamment chez les jeunes en phase de coming-out», a-t-elle ajouté.

Pour le syndicat des médias Syndicom, il est «essentiel que la justice vaudoise se saisisse du dossier». «Il est particulièrement intolérable qu’une journaliste soit la cible d’attaques personnelles pour avoir simplement fait son travail et que des appels à la haine homophobes soient publiés en toute impunité», indique un communiqué.