Les élèves romands en fin de scolarité obligatoire en 2009 lisent aussi bien, voire mieux qu’au tournant du siècle. Les résultats la quatrième enquête PISA obtenus par les six cantons francophones et le Jura bernois ont été publiés ce lundi. Fribourg, Jura et Valais devancent toujours le Jura bernois, Neuchâtel, Vaud et Genève. Focalisés sur la compréhension de l’écrit, les tests montrent en revanche que les différences se réduisent. Les écarts entre les élèves s’amenuisent également grâce aux progrès réalisés par les plus faibles. Les Romands sont des meilleurs lecteurs que leurs camarades alémaniques et tessinois. Et les filles l’emportent sur les garçons.

En comparaison internationale, toutefois, la lecture reste le domaine le moins performant parmi les trois qui sont examinés. Les Suisses brillent en mathématiques et en sciences. Ils peinent en peu plus face à un texte, bien que leur moyenne dépasse celle de l’OCDE.

La Conférence intercantonale de l’instruction publique de la Suisse romande et du Tessin salue les tendances positives. La CIIP attribue les progrès aux mesures prises depuis dix ans en faveur de la lecture. Le premier rapport PISA de 2000 avait en effet mis en lumière les lacunes des écoliers romands. Un vaste débat s’était alors engagé, aboutissant à un certain nombre d’initiatives destinées à combler les manques observés.

Finalement, les cantons dont la population scolaire est la plus variée – langues, nationalités, niveau socio-économique – affichent les moyennes les plus basses. L’impact des origines sur la performance «reste marqué», conclut la CIIP.