Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Piscine de Bellerive, Lausanne
© JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Dégâts

La piscine de Bellerive à Lausanne est inutilisable

Une semaine après le violent orage qui a frappé la capitale vaudoise, la piscine de Bellerive est toujours fermée. Elle le restera jusqu’à jeudi

Le thermomètre va grimper jusqu’à 27 degrés cette semaine à Lausanne, et pourtant les Lausannois ne pourront pas utiliser les trois bassins de leur plus grande piscine, à Bellerive. Le 11 juin dernier, lors du violent orage qui s’est abattu sur la ville, la station d’épuration des eaux usées située à Vidy a débordé, bouchant les pompes de la piscine de Bellerive, et de la boue a inondé les bassins.

«L’inondation des locaux techniques a provoqué la mise hors service de l’ensemble des six pompes qui servent à filtrer l’eau des bassins. En l’absence de ce système, il n’est pas possible d’assurer une qualité suffisante pour la baignade», communique la piscine de Bellerive sur son site internet.

De nouvelles pompes ont été commandées; une fois le système de filtration remis en service, il faudra ensuite remplir les bassins. Les infrastructures ouvriront jeudi au plus tôt.

Bain dans le lac pour 3 francs

«Suite aux analyses effectuées, la qualité de l’eau du lac est jugée suffisante pour la baignade», communique encore la piscine. Dès lors, le site de Bellerive, à l’exception des bassins et pataugeoires, est ouvert à un tarif préférentiel de 3 francs pour les adultes et est gratuit pour les enfants jusqu’à 16 ans.

Aucun dédommagement n’est prévu pour les détenteurs d’abonnement, ces derniers ayant la possibilité de se rendre aux piscines lausannoises de Montchoisi et Mon-Repos ainsi que dans celles des communes avoisinantes.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a