A un mois des élections fédérales, Le Temps consacre une série d’articles sur les enjeux politiques et les sujets de préoccupation de la population.

Retrouvez tous nos articles sur les élections fédérales

Depuis le quai de la gare de Sion, le voyageur qui descend du train a la vue sur la mythique piste de l’Ours, qui a accueilli le Cirque blanc pendant plus d’une décennie à la fin du siècle passé. Eclairé par un rayon de soleil, le câble de la télécabine semble si proche et si loin à la fois. Avec les transports publics, il ne faut pas moins de 35 minutes pour atteindre le départ de l’installation, par la route sinueuse qui traverse les villages du coteau que sont Salins et Les Agettes. Mais cette réalité devrait bientôt être de l’histoire ancienne.

D’ici un peu plus de deux ans, si tout se passe comme prévu, le trajet entre la gare de Sion et les Mayens de l’Ours se fera en ligne droite, en une dizaine de minutes. Fini le car postal, place à une télécabine, dont le coût est estimé à 24 millions de francs. La demande de concession et d’approbation des plans de ce projet de liaison plaine-montagne a été déposée début 2019 auprès de l’Office fédéral des transports.

Sur le papier, tout est prêt

Dans la salle du Conseil municipal, Philippe Varone, le président de la capitale valaisanne, nous présente les plans de cette future installation. Sur le papier, tout est prêt. «La gare de départ se situera à la place du bâtiment qui accueille actuellement les locaux du Nouvelliste, que nous avons achetés en 2016. Quant à celle d’arrivée, elle sera intégrée à la gare de départ de la télécabine de la piste de l’Ours», détaille-t-il. Au moment du renouvellement de cette installation, il y a deux ans, le point de départ a été déplacé de quelques dizaines de mètres pour être en adéquation avec le futur tracé de la liaison plaine-montagne, qui passera par un corridor actuellement non bâti. «L’existence de ce corridor relève presque du miracle», sourit Philippe Varone.

Avec l’arrivée programmée de cette télécabine, c’est toute la mobilité du coteau sud de Sion, de la plaine jusqu’à 2000 mètres d’altitude, qui sera modifiée. «L’idée est de créer un système de transports en «T», explique le président de Sion. Des bus-navettes relieront les villages de Basse-Nendaz, de Veysonnaz ou encore des Collons au fond de la piste de l’Ours, d’où il suffira de prendre la télécabine pour se rendre à Sion.»

Lire aussi: Au pied de Verbier, Le Châble inaugure sa nouvelle gare souterraine

Les nombreux avantages du câble

Les avantages du transport par câble sont nombreux. Plus rapide, plus écologique, il ne coûte pas plus cher à l’exploitation (sans les coûts de l’infrastructure de base) qu’une ligne de bus, peut fonctionner par tous les temps, ou presque, et ses cadences sont modulables à l’envi, les collaborateurs étant de toute façon présents pour faire fonctionner l’installation. «Il n’y a qu’un seul inconvénient, souligne Stefan Burgener, du Service valaisan de la mobilité, les gares de départ et d’arrivée sont fixes. On peut uniquement se rendre d’un point A à un point B.»

C’est peut-être à ce niveau que le bât blesse pour le projet imaginé entre la gare de Sion et le fond de la piste de l’Ours. Si la gare de plaine est située à un endroit stratégique, la sommitale se situe dans une zone actuellement non habitée. Le temps de parcours total n’est donc pas celui que l’on passe dans la télécabine, il faut y ajouter les minutes passées sur la route pour rejoindre cette gare. Or, prévient Stefan Burgener, pour que la population y adhère, il faut que ce temps total soit inférieur à celui que l’on met en voiture, et non pas en transports publics, pour faire le même trajet.

Cette réalité semble écarter les habitants de Basse-Nendaz du groupe des possibles utilisateurs réguliers de la liaison plaine-montagne. On les imagine, en effet, mal rallonger leur temps de trajet actuel pour utiliser la future télécabine. Pour la population du cône de Thyon et de Veysonnaz, en revanche, il y aurait un avantage à utiliser la future installation.

«Si l’offre existe, les gens l’utilisent»

A Veysonnaz, l’hiver semble avoir pris de l’avance en ce mois de septembre. Les températures sont fraîches, moins de 10 degrés. Attablé dans un bistrot de sa station de Veysonnaz, Jean-Marie Fournier, administrateur délégué des remontées mécaniques de Nendaz et Veysonnaz, domaine sur lequel viendrait se greffer la liaison plaine-montagne, assure que la population du village est plutôt emballée par ce projet, qui lui permettrait de relier Sion en une quinzaine de minutes. «En plus du gain de temps, vous vous retrouvez au cœur de Sion, sans avoir à vous soucier de l’endroit où parquer votre voiture», appuie-t-il. La serveuse du bar dans lequel nous nous trouvons fait partie de ces gens qui voient d’un bon œil ce projet de liaison plaine-montagne. Elle émet toutefois une réserve: «L’utilisation de cette télécabine par les locaux dépendra du prix des trajets.»

«Si l’offre existe, les gens l’utilisent», assure Stefan Burgener. Les statistiques de la vingtaine de liaisons plaine-montagne qui existent en Valais depuis des décennies lui donnent raison. En moyenne, 10 000 personnes utilisent chaque jour ces installations, pour la plupart situées dans la partie germanophone du canton. «A l’époque, les personnes qui ont créé ces liaisons étaient des visionnaires», souligne Stefan Burgener, pour qui le câble est indéniablement un transport d’avenir.

Des visées touristiques

Si les porteurs du projet espèrent réussir à intégrer la liaison Sion-Mayens de l’Ours au réseau du trafic régional de voyageurs – une demande en ce sens a été faite auprès de la Confédération –, cette télécabine a également des visées touristiques. A l’origine du projet, son seul et unique but était d’ailleurs d’offrir depuis Sion aux skieurs une porte d’entrée vers les quatre vallées, le plus grand domaine skiable de Suisse.

«L’avenir appartient au train. Entre Genève et Zurich, il y a un bassin de population de quelque 5 millions de personnes, qui se retrouveraient à 2h30 maximum de la piste de l’Ours, via le rail puis le câble. Il y a une carte à jouer», se réjouit Jean-Marie Fournier, qui serait, sans doute, l’un des principaux bénéficiaires de la liaison plaine-montagne. Il ajoute: «Je le dis depuis des années, Sion doit devenir la meilleure station du Valais central, puisqu’elle possède déjà tous les atouts. Cette liaison lui permettrait de développer ses activités touristiques. A elle d’en profiter.»

Cette vision, les autorités sédunoises la partagent. Elles espèrent augmenter l’offre hôtelière, qui s’est appauvrie à Sion au fil des décennies, pour ne compter plus que cinq hôtels aujourd’hui. Cet été, pour une séance de travail de trois jours, le Conseil municipal s’est rendu à Bolzano, dans le Tyrol italien, ville qui compte trois téléphériques permettant d’atteindre les hauteurs. De quoi donner des idées à Philippe Varone, qui cite également Grenoble ou Innsbruck comme exemples à suivre.


Six projets de liaisons plaine-montagne en Valais

S’ils ont été inexistants en Valais pendant plusieurs décennies, les projets de liaisons par câble se multiplient depuis quelques années. «Le financement et l’aménagement de l’infrastructure ferroviaire (FAIF), accepté par le peuple en 2014, rend possible la réflexion sur de nouvelles installations de ce type», explique Stefan Burgener, chef de la section transport du Service valaisan de la mobilité.

Aujourd’hui, six liaisons plaine-montagne, toutes situées dans le Valais romand, sont à l’étude. Les deux projets les plus avancés imaginent un départ depuis le territoire de la commune de Sion. Le premier prévoit de relier la gare de la capitale valaisanne aux Mayens de l’Ours, situés au fond de la piste du même nom. Le second est projeté entre le village de Bramois, à l’est du chef-lieu, et celui de Nax, qui le surplombe.

Des départs proches des gares

L’objectif de ces projets étant de proposer une alternative à la route, la plupart d’entre eux partent d’une gare. C’est le cas de la liaison imaginée entre Châteauneuf-Conthey et le cœur de Nendaz, ou de celle, à l’étude, entre Riddes et la station de La Tzoumaz, avec une halte dans la zone commerciale, en plaine. La gare de Granges, entre Sion et Sierre, est également le point de départ d’une autre ligne projetée, entre ce village de plaine et Lens. Mais elle n’est plus desservie aujourd’hui. Il faudrait donc une réouverture de la gare de Granges pour que ce projet prenne tout son sens.

Le dernier projet de liaison par câble à l’étude en Valais doit permettre de relier Fully, à quelques kilomètres de Martigny, au hameau de Chiboz, actuellement inaccessible en hiver à cause du trop grand risque d’avalanches. Exploitable par tous les temps, ou presque, un téléphérique permettrait de résoudre cette problématique.

Un projet abandonné

Si ces six projets sont à l’étude, à des stades plus ou moins avancés, d’autres ont déjà été abandonnés. C’est le cas par exemple d’une liaison entre Sion et la station d’Anzère, avec des arrêts dans tous les villages du coteau (Grimisuat, Savièse et Arbaz). Le service de la mobilité nous a confirmé que ce projet n’est plus d’actualité. Dans ce cas, le temps de parcours par câble était supérieur à celui par la route. «Pour une desserte minutieuse de tous les villages, par les transports publics, l’idéal reste le bus», précise Stefan Burgener.