A l’initiative de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), les acteurs du marché financier suisse ont fait analyser la compatibilité climatique de leurs portefeuilles. Au total, 133 établissements ont pris part au test de compatibilité climatique PACTA. Conclusions: les portefeuilles des établissements financiers ont progressé en matière climatique, mais des améliorations sont encore nécessaires.

Il ressort du test que des progrès ont été réalisés pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris en matière climatique. Un tiers des participants se sont dotés d’une stratégie climatique et ont fixé des objectifs concrets pour 2050 ou plus tôt.

Les investissements dans les combustibles fossiles ont diminué par rapport au dernier test de 2020. Un tiers des biens immobiliers testés sont chauffés aux énergies renouvelables, contre un quart en 2020. Les caisses de pension disent vouloir augmenter cette part d’un quart, et les assurances de 15%.

Assainissement énergétique des bâtiments

Dans le domaine hypothécaire, environ un créancier sur dix propose des incitations pour les assainissements énergétiques des bâtiments. Le marché financier joue un rôle dans la transition énergétique, souligne l’OFEV.

Lire aussi: La grande migration verte

La place financière n’a en revanche pas entièrement exploité sa marge de manœuvre dans le domaine des assainissements énergétiques. Les investissements dans les entreprises extractrices d’agents fossiles se poursuivent, note encore l’OFEV. Pour l’office, un dialogue coordonné pourrait inciter les entreprises à adapter leurs plans de transition. Il propose une norme correspondante pour soutenir l’effort climatique.

Greenpeace demande une intervention étatique

«Les investissements de la place financière suisse ne sont toujours pas compatibles avec l’objectif d’éviter à tout prix de dépasser les points de basculement du système climatique», critique vendredi Peter Haberstich, spécialiste du climat et des marchés financiers chez Greenpeace. Aux yeux de l’ONG, trop de banques, des gestionnaires de fortune, d’assurances et de caisses de pension investissent encore dans des entreprises impliquées dans des secteurs destructeurs pour le climat. Les mesures volontaires ne mènent à rien.

Lire aussi: «Nous n’arriverons pas à contenir le réchauffement en essayant de rendre propres les énergies fossiles»

Seules 15% des institutions se sont fixées des objectifs climatiques avec des objectifs intermédiaires pour 2025 et 2030, s’alarme l’ONG. Seules quelques institutions luttent réellement et activement contre la crise climatique. Mais elles doivent inciter les entreprises dans lesquelles elles investissent à réduire leurs émissions, demande encore Greenpeace. Une intervention des autorités politiques est nécessaire. Il faut fixer des objectifs climatiques contraignants avec une trajectoire de réduction scientifiquement fondée pour les émissions de gaz à effet de serre. Les acteurs financiers doivent rendre compte de leurs progrès en toute transparence, estime l’ONG.

«Un comportement irresponsable», dénonce le WWF

La réaction n’est guère différente au WWF suisse. «Investir dans des entreprises qui continuent de promouvoir les énergies fossiles (…) est un comportement irresponsable. Il est grand temps que la place financière suisse participe aux engagements nationaux pris dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat», déclare Stephan Kellenberger, expert en finance durable au WWF Suisse dans un communiqué de l’organisation.

Lire aussi: Climat: «Nous allons dans la mauvaise direction», estime l’OMM

En Suisse, les établissements financiers chauffent en outre encore leur parc immobilier aux deux tiers avec des combustibles fossiles. Le rapport de l’OFEV montre qu’entre les promesses du secteur financier et les mesures effectivement mises en œuvre, le fossé est immense, réagit le WWF suisse. Outre les acteurs de la finance, ceux de la politique sont aussi appelés à réagir pour que les premiers prennent enfin le chemin de la neutralité climatique.

BNS déclassée

L’Alliance climatique suisse révèle encore que la Banque nationale suisse (BNS) a glissé dans le classement des banques centrales. Elle a obtenu des résultats nettement moins bons, tout comme l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA).

Lire aussi: Un niveau record d'émissions de CO2 d'origine fossile attendu pour 2022

Par rapport à 2021, la Suisse perd trois places et recule à «une peu glorieuse onzième place», écrit l’alliance dans un communiqué. Elle se classe dans la deuxième moitié de la liste, loin derrière le reste des pays européens. L’Alliance climatique appelle le Parlement à prendre ses responsabilités et à corriger «l’erreur de positionnement de la BNS».

Le prochain test de compatibilité est prévu en 2024. Les participants sont libres d’utiliser les résultats à l’interne seulement ou de les publier.