aménagement

La place de la gare Cornavin deviendra piétonne

L’esplanade devant la gare de Genève n’aura plus de trafic privé à l'horizon 2024-2031. Les autorités ont retenu un projet qui doit améliorer cette place peu populaire

D'ici à 2024, l'esplanade devant la gare de Cornavin sera rendue aux piétons. Seuls des trams pourront encore y circuler. Cette transformation se fera dans la perspective de l'extension souterraine de la gare, dont le chantier devrait commencer en 2024 et s'achever en 2031.

Un concours a été organisé pour réaménager les espaces autour de la gare. Lundi, la Ville et le canton de Genève ont présenté le lauréat. Il s'agit du bureau d'architectes espagnol Guillermo Vazquez Consuegra, associé aux architectes lausannois Frei Rezankhanlou et à la société bernoise d'ingénierie Emch + Berger.

A propos d'aménagement: Luc Barthassat, les tribulations d’un ministre en décalage

Le trafic privé est supprimé

Actuellement, piétons, cyclistes, taxis, bus et véhicules privés se partagent la place de Cornavin. La suppression du trafic privé était un prérequis, a expliqué Eric Frei. L'actuelle station de taxis sera, quant à elle, enterrée, ainsi que le dépose-minute et le parc pour deux-roues, a noté l'architecte vaudois.

L'espace à l'arrière de la gare, du côté du quartier des Grottes, connaîtra aussi de profonds chambardements, avec l'installation d'une façade translucide. La circulation de transit y sera également prohibée. Ne subsistera qu'une station de taxis sur la place de Monbrillant.

Lire aussi: A Genève, le CEVA a sa première gare

Un projet «emblématique»

Il s'agit d'un projet urbanistique emblématique pour la ville, les habitants, les piétons, a commenté Eric Frei. L'idée forte est «de créer du vide pour attirer les passants», avec une architecture «sociale», engendrant des connexions et répondant au plus près aux besoins des usagers.

Le jury du concours a dû faire son choix entre 23 projets. L'intervention envisagée est d'une extrême complexité. Agrandie, la gare de Cornavin accueillera 100 000 voyageurs par jour en 2030, soit le double qu'aujourd'hui. Les concurrents ont dû tenir compte de ce facteur dans l'élaboration de leur projet.

Avec l'entrée en service du RER genevois, en 2019, la gare de Cornavin arrivera au maximum de ses capacités, a rappelé le conseiller d'Etat genevois Luc Barthassat. Deux voies souterraines seront donc construites d'ici à 2031. Le coût des travaux s'élève à 1,6 milliard de francs, partagés entre le canton de Genève et la Confédération.

Publicité