Des plantes transgéniques ont été retrouvées près des laboratoires universitaires de Lausanne, Bâle et Zurich, ainsi qu’à la gare de Lugano. Les «individus isolés» ont été arrachés immédiatement. Il n’y a pas eu de contamination, assure vendredi l’Office fédéral de l’environnement (OFEV).

Les plantes retrouvées près des trois laboratoires font partie de l’espèce des fausses arabettes, souvent utilisée dans la recherche. Les universités ont été informées et doivent identifier l’origine de la dissémination.

A Lugano, c’est du colza transgénique qui a été retrouvé. Le canton recherche sa provenance, indique l’OFEV, revenant sur une information du site neuchâtelois arcinfo.ch et de l’émission de la télévision alémanique «10 vor 10» devant être diffusée vendredi.

Ces découvertes «ne sont pas une grande surprise», estime l’OFEV dans un communiqué. «Les laboratoires et les voies de communication sont des filières de dissémination possibles pour les plantes génétiquement modifiées».