Réunis hier à Bruxelles, les 27 ont entamé une discussion complexe sur leur premier budget pluriannuel sans les Britanniques. Mais un point au moins les met d’accord: leur nouveau programme de recherche doté d’environ 100 milliards d’euros sur sept ans (80 milliards d’euros pour Horizon Europe) sera ouvert à davantage de pays tiers mais dans des conditions plus strictes et la Suisse ne sera a priori pas traitée différemment.

Comme le Canada, la Chine et donc le Royaume-Uni, la Suisse serait donc, si rien ne change dans les prochains mois, contrainte de négocier un accord avec l’UE, qui fixera les conditions de la participation à chaque programme (InvestEU, les programmes liés à Euratom…) avec des restrictions au cas par cas. Israël et la Turquie garderaient, eux, des conditions plus favorables.