Ils sont nombreux à se bousculer au portillon en vue de l’élection de la Constituante valaisanne le 25 novembre prochain. Les listes des partis et des mouvements politiques, déposées ce lundi, comportent 646 noms, pour 130 sièges disponibles au sein de l’assemblée. Un chiffre bien supérieur aux 279 candidats intéressés par une place de député au parlement en mars 2017.

La révision de la Constitution cantonale semble passionner les Valaisans. Toutes les forces en lice pour cette élection, qu’elles soient politiques ou non, ont réussi, dans la majorité des cas, à proposer des listes pleines. Il ne manque que 66 candidats, tous partis et tous districts confondus, pour que l’ensemble des listes comporte autant de noms que de sièges disponibles. Dans le Valais romand, par exemple, le mouvement non partisan Appel citoyen et le PDC présenteront huit listes pleines pour 96 candidats chacun.

Lire également: L’ombre d’un «Grand Conseil bis» plane sur la Constituante

Une majorité de nouveaux venus en politique

En donnant mandat à une Constituante de réviser la Constitution cantonale en mars dernier, le peuple souhaitait que la société civile s’attelle à cette tâche. La lecture des listes démontre que les partis ont joué le jeu. La grande majorité des candidats, près de 85%, n’ont jamais exercé de fonction politique. Appel citoyen, présent dans le Valais romand, n’est donc pas le seul à faire la part belle aux personnalités issues de la société civile. Les forces politiques traditionnelles ont également ouvert leurs listes, certaines allant jusqu’à accepter des candidats qui ne sont pas membres du parti. C’est le cas du Parti socialiste du Valais romand (PSVr), par exemple, qui propose 30 candidats qui ne lui sont pas affiliés.

Quelques noms connus de la scène politique valaisanne figurent tout de même parmi les 646 candidats. On retrouve par exemple l’ancien président du PSVr Gaël Bourgeois, actuellement député, German Eyer, l’ancien chef de groupe de l’Alliance de gauche au parlement cantonal, François Genoud, l’ancien président libéral-radical de la ville de Sierre, l’UDC Edmond Perruchoud, ancien président du Grand Conseil, ou encore Cyrille Fauchère, le président de l’UDC du Valais romand. Jean Zermatten, l’ancien président du Comité des droits de l’enfant de l’ONU, est également candidat sur une liste Appel Citoyen.

Lire aussi: En Valais, la résistance des conservateurs face à une Constituante

Les femmes ne sont pas oubliées

Autre constat à la lecture des listes de candidats, les femmes ne sont pas laissées-pour-compte. Elles seront mêmes majoritaires chez les Verts. Sur ses listes, le parti propose 42 candidates et 37 candidats. Appel citoyen, qui veut représenter au plus près la population valaisanne, proposera 48 femmes et autant d’hommes. Les listes «Parti socialiste et Gauche citoyenne» atteignent quasiment la parité (46% de candidates). Avec 39% de femmes sur ses listes, le PLR fait partie des mauvais élèves en la matière, tout comme le PDCVr, qui ne propose qu’un tiers de femmes, et l'UDCVr, dont la part de candidates n'atteint que les 22%.