Didier Burkhalter se prononcera début juillet sur son éventuelle candidature au Conseil fédéral. Réunie hier soir à Saules pour une séance prévue avant la démission de Pascal Couchepin, l’équipe présidentielle du Parti libéral-radical neuchâtelois – une dizaine de personnes au total – a longuement évoqué la situation. Elle s’est bien gardée d’adopter une résolution pour inciter son champion à se lancer, comme l’a fait le PLR tessinois pour Fulvio Pelli. «Nous n’avons pas l’intention de lui mettre la pression», confie Claude Guinand, président ad interim du PLRN.

Seule décision prise: une petite délégation de quatre à cinq personnes rencontrera Didier Burkhalter la semaine prochaine, histoire «de prendre la température». Et si, au final, le conseiller aux Etats finissait par renoncer? «On acceptera la situation, promet Claude Guinand. S’il décide d’y aller, nous serons derrière lui à 150%. C’est à lui et à lui seul de se prononcer.»