Qui l’eût cru? Placé au ban des sources d’énergie, le nucléaire fait son retour dans le monde politique. Après l’UDC conservatrice, qui récemment sonnait le tocsin en faveur de nouvelles centrales, c’est le PLR qui repense à l’atome. Plusieurs coups de sonde au sein des libéraux-radicaux font apparaître différents scénarios: statu quo, prolongation des infrastructures existantes au moyen d’investissements ciblés, ou carrément construction de nouvelles centrales. En cause, une croissance poussive des énergies vertes et des incertitudes sur les importations d’électricité.