C'est un oui clair. Réunis samedi en assemblée virtuelle, les délégués du Parti libéral-radical (PLR) se sont prononcés en faveur de la loi sur le CO2 par 218 oui contre 60 non et 7 abstentions. Connectée depuis Lucerne, la présidente du PLR Petra Gössi avait critiqué le référendum contre la loi sur le CO2 avant le vote des délégués. A ses yeux, le texte voté par le Parlement est un compromis raisonnable.

Rejet de l'initiative pour des entreprises responsables

Lors de cette même assemblée, les délégués ont par ailleurs largement recommandé le rejet de l'initiative pour des entreprises responsables, soumise au peuple le 29 novembre par 249 non, 9 oui et 4 abstentions. Ils ont ainsi suivi les arguments de la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter. «L'initiative va trop loin», a déploré la ministre PLR. L'exigence faite aux entreprises suisses de veiller au respect des droits de l'homme et de l'environnement dans toute leur chaîne d'approvisionnement est «impossible à mettre en oeuvre», a critiqué Karin Keller-Sutter dans un message vidéo.

Lire aussi: La loi sur le CO2 tiraillée entre deux référendums

Selon une étude, l'initiative ne concernerait pas que les multinationales, mais jusqu'à 80'000 entreprises dont les PME, a souligné la St-Galloise. Un «oui» pénaliserait les entreprises suisses par rapport à leurs concurrentes avec une réglementation «extrême» et «unique au monde». Contrairement à l'initiative, le contre-projet indirect du gouvernement et du Parlement est «pragmatique et efficace», a estimé la conseillère fédérale.

Lire aussi: La loi sur le CO2 comme réponse aux activistes