élections fédérales

Le PLR valaisan veut un siège au Conseil des Etats

Le président de Provins annonce sa candidature

Le PLR valaisan veut un siège au Conseil des Etats

Elections fédérales Le président de Provins annonce sa candidature

Le Valais a toujours eu deux conseillers aux Etats PDC. Pour la première fois cette année, deux partis présentent des candidats contre le siège PDC du Haut-Valais: le PS avec l’ancien conseiller d’Etat Thomas Burgener et, depuis mercredi, le PLR avec la candidature de Pierre-Alain Grichting. «Nous voulons changer l’histoire en faisant élire un PLR aux Etats», a déclaré Bernard Rey, vice-président du parti.

Pierre-Alain Grichting a adhéré au PLR il y a une année environ. Il y a quelques mois, il est aussi devenu président de Provins, la plus grande cave du canton. Bilingue, avec des racines familiales dans le Haut et dans le Valais romand, il insiste pour se présenter comme le candidat d’un canton uni «de Saint-Gingolph à Gletsch». Sa volonté de représenter tous les Valaisans tout en briguant un siège haut-valaisan l’a pourtant tout de suite mis dans une position difficile. Le Grand Conseil vient d’adopter une réforme électorale garantissant 35 sièges parlementaires pour la minorité haut-valaisanne. Interrogé sur sa position à ce sujet, il a d’abord dit qu’il n’était pas contre… avant d’affirmer le contraire. «La sensibilité des gens est aiguë sur ce sujet. Si une région est plus ou moins représentée qu’une autre, cela dépend de la qualité des gens qu’elle présente», a-t-il finalement expliqué.

Fusion

Le PLR n’était qu’un tout petit parti dans la région germanophone du canton. En septembre 2013, il a fusionné avec son homologue francophone. Le parti maintient cette ligne unificatrice en présentant un candidat établi à Naters mais ayant occupé de nombreuses fonctions cantonales: membre de la direction de la Coop Valais-Wallis, puis d’UBS Valais, il est aujourd’hui à la tête de l’entreprise familiale, Zwissig Transport, active dans les transports, le terrassement et les combustibles. Pierre-Alain Grichting a aussi été entraîneur de clubs de football dans les deux parties du canton et secrétaire du FC Sion. «Je suis quelqu’un d’ouvert, de franc et de loyal», a-t-il déclaré en promettant que le financement de sa campagne serait transparent. «Le budget est en cours d’élaboration. J’espère que le parti prendra en charge une partie du montant, le reste sera payé de ma poche. Si des personnes ou des entreprises veulent me soutenir et que j’accepte ce soutien, cela sera annoncé de manière transparente», a-t-il affirmé.

Publicité