Les chiffres sont parlants: du 1er janvier au 16 août 2022, la quantité de pluie comptabilisée par la station de Genève-Cointrin équivaut seulement à 43% de la norme, calculée sur les trente dernières années (de 1991 à 2020). Le canton-ville connaît le déficit hydrique le plus important de la Suisse, indique Mikhaël Schwander, prévisionniste chez MétéoSuisse. A Aigle, les précipitations ont atteint 49% de la norme, à Zurich 60%.