Entre 200 et 300 jeunes alcoolisés se sont rassemblés dans la nuit de samedi à dimanche au bord du lac à Auvernier, dans le canton de Neuchâtel, en dépit des mesures sanitaires.

La police n’a pas pu intervenir. «Les quatre policiers se sont fait accueillir par des jets de bouteille et de nourriture», a déclaré Georges-André Lozouet, porte-parole de la police neuchâteloise sur la radio locale RTN. Vu le nombre des fauteurs de troubles et leur alcoolisation, les policiers ont renoncé à intervenir pour leur propre sécurité.

«Cela n’augure rien de bon pour la suite»

Une intervention policière aurait nécessité un engagement policier beaucoup plus important. «Il n’y aura donc vraisemblablement pas de poursuites, car la plupart des fêtards n’a donc pas pu être identifiée», a ajouté Georges-André Lozouet.

Ces jeunes ont agi «avec un certain égoïsme» et n’ont pas compris que les recommandations sanitaires, en lien avec la pandémie de Covid-19, continuent, malgré le déconfinement. Les fêtards ont violé aussi bien la règle de rassemblement de maximum cinq personnes que celle de distance entre deux individus.

«On le regrette. Cela n’augure rien de bon pour la suite. On devra faire une appréciation de la situation», a expliqué le porte-parole.

Lire aussi: Aux postes-frontières franco-genevois, on ne passe (presque) plus