Société

Plus de 80 000 retraits de permis en 2015, un chiffre en hausse

Le principal motif de retrait demeure l'excès de vitesse, loin devant la conduite alcoolisée. Les contrôles ont repéré une forte hausse de l'usage de drogue au volant.  Vingt mille conducteurs étrangers ont aussi reçu une interdiction de conduire en Suisse. Ce qu'il faut retenir des derniers chiffres de l'OFROU

Toutes ces informations proviennent de l'OFROU, l'Office fédéral des routes, qui a rendu publics ce mardi ses derniers chiffres.


Des retraits en hausse. L’an dernier, 80'176 automobilistes se sont vu retirer leur permis de conduire en Suisse: c'est presque 2500 de plus qu'en 2014.

La vitesse, premier motif de retrait. Les retraits pour non-respect de la vitesse maximale autorisée ont augmenté de 2,2% par rapport à 2014, pour passer à un peu plus de 30'600 cas.

Les conduites en état d'ivresse stables. Les retraits pour conduite en état d'ébriété ont stagné, avec un peu moins de 15'700 cas.

Plus de conducteurs étrangers en infraction. Il n'est pas possible d'infliger des retraits de permis à des non résidents suisses, ou à des titulaires de permis étrangers. Plus de 20'400 titulaires de permis internationaux se sont vu interdire la conduite d'un véhicule sur les routes suisses l'année dernière, la plupart après avoir dépassé la limite autorisée. C'est 2,8% de plus que l'année précédente.

Forte hausse des pénalités pour usage de drogue au volant. 4554 personnes ont perdu leur permis en 2014 pour avoir compris sous l'emprise de drogues: c'est 13,3% de plus qu'en 2014.

Téléphones au volant stables. Quant aux retraits pour inattention ou distraction, comme lors de l'utilisation illicite d'un téléphone portable ou du système de navigation, ils sont restés à un niveau comparable, avec un peu plus de 10'700 cas.

Près de 2/3 des permis suspendus provisoirement. En 2015, près de 60% des retraits de permis ont été prononcés pour une durée limitée, soit pour un à trois mois.

En revanche, 29,6% d'entre eux l'ont été pour une durée indéterminée, ce qui représente une augmentation de 12,7% par rapport à 2014. Depuis trois ans maintenant, ce chiffre est en hausse constante.

Et encore...

Le nombre de permis confisqués auprès de délinquants primaires n'a que légèrement augmenté, mais la hausse est significative pour les récidivistes, explique l'OFROU, ceux-ci voient la durée des retraits se prolonger jusqu'à se retrouver privés de leur sésame pour une durée indéterminée.

Les cas d'annulation du permis de conduire à l'essai, introduit en 2005, sont eux une nouvelle fois moins nombreux que l'année précédente, passant de 1652 à 1505 (-8,9%). Le permis est annulé si, durant la période d’essai, le nouveau conducteur doit le rendre deux fois en raison d'infractions au code de la route.

Les examens relevant de la psychologie du trafic sont aussi en baisse, avec 4376 cas en 2015 contre 4515 l'année précédente. Cette diminution s'accompagne d'une réduction de 13,3% des retraits en raison d'un défaut d'aptitudes caractérielles à la conduite.

Publicité