Les Suisses sont majoritairement favorables au mariage pour toutes et tous. C’est ce que révèle une étude commandée par Pink Cross, l’association faîtière des organisations gays du pays, et réalisée par l’institut gfs.bern. L’organisation la dévoile au lendemain du vote sur la pénalisaiton de l'homophobie. Ses résultats, obtenus auprès d’un échantillon représentatif de la population de 1012 personnes, indiquent que plus de 80% des répondants estiment que le mariage devrait être introduit pour toutes et tous en Suisse et que de ce fait les couples de même sexe devraient avoir les mêmes droits que les couples hétérosexuels.

En ce sens, 67% des sondés sont pour que les couples homosexuels et lesbiens puissent adopter des enfants s'ils remplissent les conditions nécessaires à la procédure d’adoption. Et 66% d’entre eux affirment que deux femmes mariées devraient pouvoir faire appel à un don de sperme pour avoir un enfant, au même titre qu’un couple hétérosexuel marié qui n'arrive pas à procréer. 

Le vote du 9 février 2020: Le triomphe arc-en-ciel 

«Ces chiffres vont au-delà de nos espérances!», s’exclame Muriel Waeger, directrice romande de Pink Cross. Cela montre que le regard porté sur ces problématiques a évolué au sein de la société ces dernières années.»

Le sondage précise les orientations des sondées et sondés selon leurs partis politiques. Ainsi, 96% d’entre elles et eux, qui ont tendance à voter pour les Verts, soutiennent le mariage pour toutes et tous. Cette approbation atteint 92% au sein du PS et des Vert’Libéraux. A droite, elle est à 77% chez les PLR et 67% à UDC. «C’est très surprenant vu les prises de position de l’UDC au parlement, commente-t-elle. Le parti a tendance à rejeter catégoriquement ces sujets. Mais un haut pourcentage de personnes dans ses rang est plutôt favorable à l’adoption et au don de sperme.» 47% des UDC se disent en faveur du droit d’adoption, et celui d'avoir recours au don de sperme. «Etonnamment, c’est plutôt chez le PDC qu’il y a encore du travail à faire notamment sur l’accès au don de sperme pour les femmes mariées – 45% des répondants PDC se sont positionnés pour, observe Muriel Waeger. Vu ces résultat, l’UDC et le PDC devaient relancer une discussion sur ces sujets au sein même de leur parti et surtout écouter l’avis de leur membres et de la population.»

Pour Muriel Waeger, ce sondage est un signal, celui que la population suisse est prête à accepter un mariage égalitaire. «Sur ce point, mais aussi la filiation automatique et la procréation médicalement assistée (ou PMA), elle est plus avancée que notre monde politique, estime-t-elle. Dans les débats télévisés ou au parlement, on a toujours l’impression que cela ne va jamais passer, que la population ne veut pas du tout donner donner ces accès aux personnes de même sexe.» Dans ce sondage, il s’avère que ce n’est pas l’avis majoritaire. «Cela nous donnera les arguments nécessaires pour rétorquer et convaincre les parlementaires alors qu’un projet de loi sur ce sujet est en cours», rappelle-t-elle.

Lire aussi: Le mariage pour tous se rapproche

Deux variantes en discussion

Une initiative parlementaire a été déposée en 2013 pour ouvrir les différentes formes d'union régies par la loi à tous les couples, quels que soient le sexe ou l'orientation sexuelle des partenaires. Intitulée «Mariage civil pour tous», elle stipule que «les êtres humains se marient surtout pour donner une base durable à leur union, s'assurer une sécurité financière réciproque et exprimer leur engagement face à la société. En Suisse, ces droits sont refusés à une partie de la société. Et ceux auxquels ils sont déniés n'ont d'autre choix que de conclure une sorte de mariage au rabais sous la forme d'un partenariat enregistré – entré en vigueur en 2007».

Des propos que Muriel Waeger corrobore: «Deux variantes du mariage civil pour toutes et tous sont en discussion au parlement depuis un an. L’une, ouvrirait seulement une partie des droits aux couples homosexuels et lesbiens, dont l’accès à la PMA et la filiation automatique ne font pas partie. L’autre, quant à elle, nous ouvrirait l’ensemble des droits et devoirs du mariage hétérosexuel.»

A la lecture de ces résultats, la directrice romande garde l’espoir d’obtenir le mariage complet. «Si on cumule les taux d’avis favorables des Verts, PS, PLR et Vert’Libéraux, et qu’on les compare à la composition du parlement, il y aurait alors une majorité», se réjouit-elle. Les deux versions seront débattues au Conseil national au mois de mars.