Pendant le semi-confinement, les Suissesses et les Suisses ont beaucoup commandé en ligne. «En avril, La Poste a livré 17 millions de colis. C’est un record absolu», relève le chef des finances du groupe, Alex Glanzmann, devant quelques médias à Berne. Pour l’ensemble du premier semestre, le volume de colis transportés (87 millions) a progressé de 22%. Le résultat du segment PostLogistics a atteint 108 millions, en hausse de 40 millions. Cette augmentation est aussi due au versement d’une prestation d’assurance à la suite de l’attaque d’un transport de fonds à Daillens en 2019.

De manière générale, «la crise du coronavirus a accéléré les tendances», relève Alex Glanzmann. La livraison de colis ne cesse de progresser. A l’inverse, le courrier (lettres) et la fréquentation des bureaux de poste, en recul depuis plusieurs années, ont été plombés par la crise. Les recettes des lettres et des envois non adressés ont diminué de 72 millions. Le résultat d’exploitation du segment PostMail a atteint 110 millions de francs, en baisse de 84 millions par rapport à 2019.

CarPostal a aussi souffert de la crise. Les transports publics ont été désertés pendant près de trois mois, ce qui se ressent sur les résultats. La fréquentation a reculé de 75% durant cette période. Sur l’ensemble du semestre, les recettes ont diminué de 17,8% et le résultat d’exploitation de 23 millions.

Lire aussi: Les cadres de CarPostal renvoyés au tribunal

De l’air pour PostFinance?

PostFinance sort aussi d’un semestre difficile. Le bras financier de La Poste affiche certes un bénéfice de 60 millions, mais celui-ci est inférieur de 86 millions à l’année précédente. Cette situation est surtout due à la faiblesse des taux d’intérêt. Alex Glanzmann juge plus que jamais urgent d’autoriser PostFinance à proposer des crédits et des hypothèques à sa clientèle. Le Conseil fédéral a mis un projet en consultation, mais les résistances restent fortes.

Lire également: Le long combat de PostFinance pour devenir une vraie banque

Globalement, La Poste clôt la première demi-année avec un bénéfice de 30 millions de francs. Mais celui-ci est en recul de 163 millions par rapport à 2019. Le résultat annuel devrait être meilleur, espère Alex Glanzmann, mais les incertitudes sont encore grandes.