Fort de 1500 membres et plus de 3000 sympathisants, le Parti libéral genevois est le plus grand parti du canton. Avec 20% des suffrages et 23 sièges, il est le premier parti au parlement de Genève. Depuis vingt ans, les libéraux ont maintenu leur rang parlementaire au-delà des 20 sièges, avec un pic à 27 en 1993, qui préludera à l'élection de trois conseillers d'Etat libéraux et d'un gouvernement monocolore. Désormais, Mark Muller est l'unique représentant du parti au Conseil d'Etat après l'échec de la réélection de Micheline Spoerri. De nombreuses personnalités libérales ont marqué la vie politique genevoise ces dernières années parmi lesquelles on peut citer: Olivier Vodoz, Claude Haegi, Gilbert Coutau, Michel Balestra, Barbara Polla, ou Charles Poncet.

Il est organisé autour d'un bureau directeur -instance exécutive responsable de la direction politique- et d'un président nommé par l'assemblée générale. Les statuts octroient au bureau d'importants pouvoirs et un nombre de membres quasi illimité qui le mettent en rivalité avec le président.

En Suisse, le Parti libéral est présent dans huit cantons (GE, VD, FR, NE, VS, BE, BS, ZH) et a de sministres à Bâle-Ville, Neuchâtel, Vaud et Genève. Au niveau fédéral, les libéraux sont associés aux radicaux depuis qu'ils ne peuvent plus constituer un groupe. Ils comptent quatre conseillers nationaux: Martine Brunschwig Graf et Jacques-Simon Eggly (GE); Claude Ruey et Serge Beck (VD).