Histoire

Polémique sur l'enseignement de l'holocauste à l'école

Le premier matériel scolaire sur l'Holocauste publié en Suisse pour l'école primaire doit être revu et corrigé, rapporte la NZZ am Sonntag. Il y est écrit que la Suisse a demandé à l'Allemagne d'introduire le «tampon J» sur les documents de voyage

Le premier matériel scolaire sur l'Holocauste publié en Suisse pour l'école primaire, aux enfants de quatrième et de sixième, dresse le portrait de quatre enfants en fuite qui seront accueillis par la Suisse, selon la NZZ am Sonntag. On y raconte par exemple l'histoire d'Hanna, 13 ans, dont la soeur et les parents seront déportés en 1942. Elle ne reverra plus ces derniers. Le manuel comprend toutefois une erreur et devra être corrigé, selon le journal dominical.

Le manuel, réalisé par Lehrmittelverlag Zurich, écrit que la Suisse a demandé à l'Allemagne d'introduire la mention «juif» sur les documents de voyages des personnes de confession juive. C'est une inexactitude que reconnaît Christian Mathis, l'auteur. La requête de tampon «J» a été faite par l'Allemagne en 1938.

Il est vrai toutefois que la Suisse a voulu limiter l'entrée des réfugiés d'Allemagne et d'Autriche, explique la NZZ am Sonntag. La maison d'édition changera la formulation aussi bien dans les manuels en stocks que ceux qui ont déjà été distribués.

Un politicien de l'UDC est choqué

La Suisse a toutefois voulu inscrire dans les passeports «allemand non aryen», précise Christian Mathis. 

L'ancien conseiller national UDC Ulrich Schlüer, éditeur de «Schweizerzeit», se dit choqué et parle de «diffamation» et d'«injure» à la Suisse à travers ce nouveau manuel. Il s'exprime en ces termes dans un article de son journal et une lettre aux directeurs de l'enseignement de tous les cantons alémaniques.

Christian Mathis rejette l'accusation. Il mentionne que «les aspects positifs de la Suisse humanitaire s'expriment très largement dans le manuel» et que «les quatre enfants décrits ont été accueillis par la Suisse». Hanna a suivi une formation, a été naturalisée et a eu trois enfants.

Publicité