Dans son édition du 24 décembre 2020, Le Temps faisait état d’une pollution aux lixiviats (jus de poubelle) dans le Pays de Gex. Une ancienne décharge publique sur laquelle sont désormais stockés des déchets inertes et autres gravats dégorgeait des liquides contenant notamment de l’ammonium dans les rivières voisines, dans la Versoix et donc dans le lac Léman.

Notre premier article: Ces «jus de poubelle» qui coulent jusqu’au Léman

Une plainte avait été déposée par la commune de Cessy et l’association France Nature Environnement, qui se sont portées partie civile. Les plaignants mettaient en cause l’entreprise de travaux publics Albert Pélichet, gestionnaire du site. Après enquête, le Tribunal judiciaire de Bourg-en-Bresse (Ain) a retenu la responsabilité de cette société sur la base des constatations de l’inspection de l’environnement. Selon Le Pays Gessien dans son édition du 4 février, une peine d’amende délictuelle de 100 000 euros a été requise. Le parquet a retenu entre autres l’effondrement en juin 2018 de la digue du bassin de rétention qui a causé à la faune et à la flore un préjudice jugé irréparable. Les sédiments s’étaient écoulés jusque dans la rivière Oudar.

Défaut d’entretien

Le jugement indique que la cause profonde réside dans le défaut d’entretien de la digue, qui aurait dû être curée régulièrement pour évacuer les boues vers un bassin de stockage. Le Temps avait rappelé qu’à la demande de l’association de défense de l’environnement Atena, le laboratoire lausannois Scitec avait effectué des prélèvements autour du site révélant un fort taux d’ammonium (1300 mg par litre). «C’est une concentration très élevée en regard de ce qui est connu depuis longtemps de la toxicité de cette substance, notamment pour les poissons et les invertébrés», avait commenté la Commission internationale pour la protection des eaux du Léman.

Lire également: Le Léman est à peine moins pollué que les océans