Les travaux d’assainissement des terrains contaminés par du mercure dans le Haut-Valais se poursuivent. L’Etat du Valais et Lonza ont défini les bases pour la dépollution de la zone agricole située dans la région de Viège, Baltschieder et Rarogne. Les sols le long du Grossgrundkanal sont particulièrement touchés.

L’entreprise Lonza assainira ces sols au-delà des exigences des prescriptions légales, affirment lundi les deux acteurs dans un communiqué commun. «C’est une décision réjouissante, car cela signifie que cette vaste zone sera suffisamment nettoyée pour que les agriculteurs puissent à nouveau produire de tout, sans aucune restriction», explique la cheffe du service de l’environnement Christine Genolet-Leubin. Une décision jugée également «positive» par les Médecins en faveur de l’Environnement et le WWF du Haut-Valais.

Restrictions d’utilisation

Selon les procédures de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) en matière de protection des sols en zone agricole, un assainissement est nécessaire lorsque le seuil de pollution dépasse 20 milligrammes de mercure par kilo de sol (mg Hg/kg). En dessous, le canton doit examiner si la santé de l’être humain, des autres espèces animales ou des plantes peut être menacée.

Lire aussi: Trente ans de combat pour éviter que la bombe Gamsenried n’explose

Lors de pollutions inférieures à 20 mg de mercure par kilo de sol, la consommation de produits alimentaires, viandes et produits laitiers locaux ne mettent pas en danger la santé humaine. Toutefois, dès 8,5 mg de mercure par kilo de sol, le fourrage (herbe coupée ou pâturée, foin) peut être souillé par des poussières et jugé impropre à la consommation pour le bétail, estime une étude mandatée par le Valais.

Une analyse dont les résultats contraignent le canton à arrêter des restrictions d’utilisation, souligne Christine Genolet-Leubin. L’entreprise Lonza assainira donc tous les sols dont la pollution au mercure dépasse les 7 mg par kilo.

«Trois à cinq ans»

Dans le détail, sur les 1719 surfaces contrôlées, 112 contiennent une concentration de mercure au-dessus de 20 milligrammes par kilo de sol, quatre dépassent les 100 mg, allant jusqu’à quelque 140 mg par kilo, souligne Christine Genolet-Leubin, pointant du doigt «des résultats très hétérogènes» d’une parcelle à l’autre. Toutes devraient être assainies «dans un horizon de trois à cinq ans».

Lire également: Rémi Luttenbacher: «Le volume de la décharge de Gamsenried est 15 à 20 fois supérieur à celui de Bonfol»

Les travaux débuteront par deux assainissements-pilotes dans cette zone, de manière à ce que Lonza puisse ensuite soumettre un projet global, conforme à l’Ordonnance sur l’assainissement des sites pollués, qui devra être validé par le canton. «Une convention d’assainissement sera signée par les propriétaires, les exploitants, le canton, la Lonza et les communes», indique la cheffe de service pour expliquer l’ampleur de la tâche.

L’assainissement débutera après l’obtention de toutes les autorisations et signatures. Selon l’accord sur la répartition des coûts, signé en décembre 2017, Lonza AG prend la grande partie des coûts à sa charge dans les zones habitées et agricoles. Les propriétaires ne doivent pas y contribuer. Les travaux d’assainissement des sols pollués au mercure dans le Haut-Valais se poursuivent aussi bien en zone d’habitation qu’en zone agricole selon la planification établie.