L'affaire était embarrassante pour l'exécutif de Châtel-Saint-Denis. Depuis plusieurs mois, des soupçons de malversations financières se portaient sur le vice-syndic de la localité de 4200 habitants.

L'élu socialiste, responsable du Service des eaux, du feu et du plan d'aménagement local, a reconnu les faits, qui portent sur le détournement de quelques milliers de francs. Incité à démissionner, il l'a fait le 16 août. Les autorités ont cependant attendu une dizaine de jours pour annoncer ce départ, en l'expliquant officiellement par des motifs «privés et professionnels».

Les responsables communaux, confrontés à la raison exacte de la démission de Léon Berthoud, dévoilée par La Liberté, s'en tiennent pourtant au communiqué officiel. «Nous sommes liés par le secret de fonction», explique-t-on, pour ne pas entrer en matière sur les circonstances des malversations commises par l'élu, qui occupait également des fonctions importantes dans la gestion de grands chantiers, comme ceux de l'hôpital du district et de l'établissement scolaire régional. L'Etat, par l'intermédiaire du Département des communes, est chargé d'établir les faits. Il transmettra ensuite un rapport aux autorités communales, qui décideront sans doute du dépôt d'une plainte pénale.

L'affaire, dont l'ampleur financière se limite, au stade actuel des investigations, à moins de dix mille francs, soit le détournement de 5 à 6000 francs et l'utilisation à des fins privées de la colonne à essence de la commune, a été dénoncée à la suite des divergences de vues entre les responsables des pompiers et l'élu socialiste, notamment à propos de l'utilisation de la pompe à essence. «Je suis incapable d'expliquer pourquoi il a agi de la sorte», indique Michel Chevalley, préfet de la Veveyse.

Léon Berthoud, qui a déjà commencé à rembourser une partie des sommes détournées, se dit finalement soulagé de l'ouverture d'une enquête qui permettra, selon lui, de faire taire les rumeurs sur des malversations plus importantes. Il laisse entendre qu'il a dû faire face à un besoin d'argent momentané.

LT