Rendre le port du masque obligatoire dans les espaces publics ouverts très fréquentés (centres-villes, parcs, zones lacustres, etc.). C’est ce qu’a demandé le Conseil d’Etat dans une lettre adressée ce mercredi aux communes tessinoises qui sont compétentes en la matière. L’objectif est de «réduire le nombre des nouvelles infections en vue des vacances de Pâques et de la grande affluence à laquelle on peut s’attendre». Les touristes sont par ailleurs déjà nombreux au sud des Alpes.

Masque obligatoire sur la Piazza Grande

Dans un communiqué, le gouvernement cite en exemple Ascona, la première commune à avoir décidé de rendre obligatoire, dès la semaine prochaine, le masque dans son centre historique et sur la promenade au bord du lac. Le Conseil d’Etat rappelle qu’à l’heure actuelle, «la situation épidémiologique demeure fragile au Tessin, le nombre de nouvelles infections tend à augmenter et l’évolution à moyen terme est très incertaine».

A lire aussi: Christian Vitta, le Tessinois qui a tenu tête à Berne

A Locarno, le maire, Alain Scherrer, rappelle qu’une ordonnance fédérale rend déjà le masque obligatoire dans les centres urbains et historiques. «Dans notre cas, nous l’imposerons dans des lieux comme la vieille ville ou la Piazza Grande.» Le but est de sensibiliser la population, précise-t-il. «Nous ne donnerons pas de contraventions. Des policiers circuleront pour contrôler la situation, mais personne ne sera caché derrière un mur en attendant la personne non masquée pour lui coller une amende!»

Jeudi, l’exécutif de Lugano a décidé d’adopter la mesure, dès le 27 mars, durant trois week-ends et lors de la semaine de Pâques. Cela concernera les quartiers de la gare, de la vieille ville et du bord du lac, de 10h à 19h.

Proximité avec l’Italie

A Bellinzone, Mario Branda, le maire, indique que l’exécutif discutera d’un éventuel durcissement des règles sur l’obligation du masque, à l’extérieur dans les espaces publics, lors de sa séance hebdomadaire de mercredi prochain. «Aujourd’hui déjà, lors de notre marché du samedi dans le centre historique où il y a une forte présence de visiteurs – locaux et touristes –, le masque est obligatoire sur tout le périmètre», souligne-t-il.

Tout au sud du canton, le secrétaire communal de Chiasso fait valoir que la ville frontalière n’est pas aussi touristique qu’Ascona ou Locarno, «mais que le port du masque est aussi valable pour protéger les résidents». L’exécutif communal se réunira la semaine prochaine et décidera «très vraisemblablement» de suivre le mot d’ordre, affirme-t-il. «Cela d’autant plus que nous sommes à quelques kilomètres de Côme, où le nombre d’infections a recommencé à augmenter.»

A lire encore: Porter un masque, petit plaisir inavouable