Le Conseil fédéral, dans sa nouvelle composition, n’est pas parvenu à s’entendre vendredi pour se répartir les sept départements. Le président de la Confédération, Alain Berset, a simplement déclaré qu’une «première discussion» avec été menée entre les cinq magistrats qui restent et les deux nouvelles élues. Il a souligné que la séance ordinaire du gouvernement avait été «chargée» et n’avait pas laissé le temps nécessaire pour procéder à cette distribution. Une nouvelle discussion aura lieu la semaine prochaine.

Plusieurs scénarios possibles

La séance d’attribution des portefeuilles se déroule à huis clos, en l’absence des membres de la Chancellerie et des conseillers fédéraux démissionnaires. Seuls les sept membres du futur gouvernement y participent. Ils s’expriment par ordre d’ancienneté, mais s’efforcent de trouver un consensus et évitent d’éconduire sèchement l’un des leurs. Si la première discussion n’a pas permis de trouver un accord, c’est parce qu’ils sont plusieurs à revendiquer un même département. Dans son récent livre, Joseph Deiss raconte comment cela s’est passé à son arrivée en 1999, lorsque lui-même et Moritz Leuenberger visaient les Affaires étrangères. La présidente Ruth Dreifuss les a envoyés boire un café et leur a dit de revenir une fois qu’ils se seraient mis d’accord. Et Joseph Deiss s’empara de la diplomatie.

Lire aussi: Quels portefeuilles dans le futur Conseil fédéral?

Dans le cas présent, plusieurs scénarios sont possibles. Ils dépendent des envies de changer d’air manifestés par les deux socialistes, Simonetta Sommaruga et Alain Berset, et par Guy Parmelin. Les milieux économiques souhaitent que Karin Keller-Sutter reprenne l’Economie, ou à la rigueur Alain Berset.