Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Pirmin Bischof, conseiller aux Etats PDC, avec Konrad Graber, conseiller aux Etats PDC, décembre 2017.
© Anthony Anex/Keystone ©

Portraits de quatre papables

Pirmin Bischof

Originaire de Soleure, Pirmin Bischof (59 ans) a étudié à Berne puis à Harvard. Il est avocat et notaire. Marié et père d’une fille, il a été conseiller national entre 2007 et 2011 avant de passer au Conseil des Etats. Membre du conseil d’administration de la centrale nucléaire de Gösgen, ses prises de position proches de l’économie et de la finance en font un candidat fort apprécié au PLR et à l’UDC. En tant que Soleurois, il a toutefois le désavantage de venir du Mittelland, déjà fort bien représenté au Conseil fédéral.

Lire aussi: Succession Leuthard: l’un des favoris jette l’éponge

Stefan Engler

Avocat grison de 58 ans, Stefan Engler est marié, père de deux enfants et chasseur. Il siège au Conseil des Etats depuis 2011. Il a aussi été conseiller d’Etat dans son canton. Et c’est peut-être ce qui pourrait lui être fatal: ces derniers mois, il s’est retrouvé impliqué dans un scandale de cartel dans le domaine de la construction. Or, un donneur d’alerte l’avait averti de ces pratiques illégales. A Berne, le sénateur grison s’est forgé la réputation d’un travailleur sérieux mais sous-estimé. Franc aussi: il lui est déjà arrivé de critiquer son parti, dont il estime qu’il devrait devenir «plus courageux plutôt que de s’orienter une fois à gauche et une fois à droite».

Viola Amherd

Haut-Valaisanne de 56 ans, célibataire, Viola Amherd est vice-présidente du groupe PDC, qu’elle dirige donc en l’absence de Filippo Lombardi. Mais son nom reste inconnu du grand public. Mieux que quiconque, elle incarne cette boutade entendue au Palais: «Connaissez-vous la différence entre les hommes et les femmes? Les hommes délèguent et les femmes travaillent»! Peu charismatique, elle n’en est pas moins populaire: lors des élections, elle cartonne sur les listes panachées. Conseillère nationale depuis 2005, elle est avocate et notaire et siège au conseil d’administration de Migros Valais et de la société de chemins de fer BLS. Son profil «smartvote» la situe légèrement plus à gauche que les autres candidats.

Elisabeth Schneider-Schneiter

A 54 ans, Elisabeth Schneider-Schneiter est la plus jeune des quatre papables. Titulaire d’une licence en droit, la native de Bâle-Campagne est mariée et mère de deux enfants. Conseillère nationale depuis 2010, elle préside la Chambre de commerce des deux Bâles et est membre de la direction de l’association faîtière Economiesuisse. Depuis le début de cette année, elle préside surtout la Commission de politique extérieure du Conseil national, ce qui lui confère une nouvelle visibilité. Elle s’y profile en tant que fervente partisane d’un accord institutionnel avec l’UE, notamment pour garantir la stabilité juridique suisse. Cela dit, la Bâloise ne fait pas – encore – partie des poids lourds, ni du parlement ni de son parti. De plus, dans cette formation aux racines catholiques, d’aucuns critiquent également le fait qu’elle soit de confession réformée.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a