Thomas Aeschi, le conseiller en affaires qui en veut

Zoug, 36 ans
Conseiller national (depuis 2011), conseiller en entreprises
Célibataire

Bien qu'âgé de 36 ans et arrivé au parlement fédéral en 2011 seulement, Thomas Aeschi s'est rapidement fait un nom dans les dossiers économiques et financiers. Ce jeune conseiller d'entreprise, diplômé de Harvard et célibataire travaille à Zurich est préside la section zougoise du parti. Il est aussi vice-président du groupe parlementaire et parle parfaitement l'anglais et le français. 

Guy Parmelin, le Vaudois «intéressé» par la fonction

Vaud, 56 ans
Conseiller national (depuis 2003), agriculteur-viticulteur
Marié

Le conseiller national vaudois est un homme plutôt discret. Il s'est dit «intéressé» par le Conseil fédéral, alors même qu'il avait refusé, en 2011, de se porter candidat comme conseiller d'Etat, permettant ainsi à la gauche de prendre la majorité au gouvernement cantonal. Il a déjà passé les premières auditions internes. La section vaudoise a convoqué une assemblée de nomination de son poulain le 11 novembre. «Le train ne passe qu'une fois et c'est un défi qui pourrait être extrêmement intéressant», souligne-t-il. Les présidents du PS et du PDC ont demandé à l'UDC de présenter au moins une candidature latine. Toni Brunner a répondu qu'il était prêt à envisager ce scénario, ce qui augmente les chances du Vaudois de figurer sur le ticket du parti. Guy Parmelin, souvent dépeint comme le parfait candidat alibi, ne s'est pas fait que des amis dans son canton: il a demandé publiquement le retrait de la candidature de Fabienne Despot au National – entre-temps, elle n'a pas réussi à se faire élire – et sa démission de la présidence de la section cantonale. Il s'est fait désavouer lors du congrès d'août. Derrière son air bonhomme, le Vaudois défend une ligne dure, sur l'asile notamment. Il a par exemple voté en septembre en faveur d'un moratoire sur les demandes d'asile dans un contexte très tendu.

Norman Gobbi, le léguiste qui veut se battre sous étendard UDC tessinoise

Tessin, 38 ans
Conseiller national (2009-2011), conseiller d’état (depuis 2011)
Marié, deux enfants

Curiosité tessinoise, l'UDC du canton septentrional propose un membre… de la Lega. D'un point de vue national, il n'y a pas de différence entre les deux partis, fait valoir Norman Gobbi, 38 ans. Il a d'ailleurs siégé dans le groupe UDC au National, pendant une année, avant son élection au Conseil d’État de son canton.

Le candidat du Sud a commencé tôt en politique. A 19 ans, il est conseiller communal de Quito. Il a gravi tous les échelons. En avril dernier, il a été réélu avec le meilleur score des candidat au gouvernement cantonal, où il dirige le dicastère des institutions. Dans sa région comme ailleurs, il n'a pas que des amis, y compris au sein du camp bourgeois. Ses déclarations anti-étrangers – jusqu'à proposer de fermer les frontières face à l'afflux de migrants – et hostiles aux frontaliers dérangent. La décision cantonale d'exiger un extrait de casier judiciaire des frontaliers a heurté loin à la ronde. Le Tessin n'a plus de conseiller fédéral depuis 1999.