Le plan REMA est sur la table des négociations. Les trois variantes de réorganisation des centres courrier ont été détaillées, hier, par La Poste. Présentées il y a une semaine dans une version épurée (Le Temps du 23 et du 24 janvier 2003), ces différentes options menacent toujours entre 2900 et 3300 emplois selon les options choisies.

Le document REMA (Reengineering Mailprocessing) ne présente que peu d'éléments nouveaux par rapport à l'annonce de la semaine dernière. Si ce n'est les premières indications sur la migration du personnel. La Poste indique en effet qu'«au cours des quatre à sept prochaines années, de nouvelles possibilités d'emploi devront être trouvées pour le personnel travaillant dans les centres courrier». Avec une priorité donnée à la requalification interne. De plus, des mesures d'accompagnement – navette et services de co-voiturage – permettant aux employés actuels de gagner les futurs centres, construits hors des agglomérations, seront mises en place. Mais, pour l'heure, aucune ébauche de plan social n'apparaît dans le document.

Quelque 5000 emplois sauvés

Rappelons que la première variante repose sur la construction de trois centres dans l'axe du Plateau. Les sites choisis sont Fribourg Ouest, Langenthal/Aarau et Zurich. Ces centres doivent assurer tant le tri initial que le tri de distribution. Afin d'assurer l'acheminement du courrier dans leur zone de desserte, trois centres secondaires seraient implantés dans les régions de Genève, de Bâle et du Tessin. Cette solution entraîne des économies annuelles de 172 à 175 millions de francs et permettrait de sauver entre 4988 et 5114 emplois sur 8511 actuellement.

Selon la deuxième option, il faut ajouter trois centres de tri secondaires dans les régions de Berne, Lucerne et Saint-Gall. Le potentiel d'économies annuelles pour La Poste se situerait entre 147 et 152 millions de francs. Entre 5381 et 5127 emplois seraient préservés.

La dernière proposition prévoit la construction de cinq centres de tri à Lausanne Nord, à Berne, à Langenthal/Aarau, à Zurich Ouest, à Wil/Saint-Gall, et de quatre centres secondaires dans les régions de Genève, de Bâle, de Lucerne et du Tessin. Cette restructuration permettrait des économies de 138 à 144 millions de francs et sauverait entre 5296 et 5060 emplois.L'ensemble du dossier ficelé par La Poste a donc été transmis aux partenaires sociaux, aux cantons et au DETEC pour consultation. Le conseil d'administration de La Poste tranchera en mai prochain.