Grande déception pour la Suisse: malgré les signaux positifs qui se sont multipliés ces derniers jours, Walter Fust, actuel patron de la Direction du développement et de la coopération (DDC), ne prendra pas les rênes du Programme alimentaire mondial (PAM). L'Américaine Josette Sheeran, sa grande rivale dans la course à la candidature, lui a été préférée, a appris le Temps, de source américaine. L'annonce officielle sera faite ce mardi à 10 heures, depuis Rome, siège du PAM.

Selon nos informations, Walter Fust, bien connu des cercles onusiens, était encore le grand favori il y a quelques jours. Mais un récent coup de fil de George W. Bush à Jacques Diouf, le directeur général de la FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture), aurait fait peser la balance dans l'autre sens: le président américain aurait élégamment fait comprendre à son interlocuteur que si la candidate officielle américaine n'était pas choisie, les Etats-Unis se montreraient moins généreux dans leurs contributions à la FAO et au PAM. Pour rappel, les Etats-Unis ont en 2005 contribué à hauteur de 1,3 milliard de dollars au budget de 2,8 milliards de dollars du PAM. Pour la FAO, les Etats-Unis y contribuent à hauteur de 25%.

La décision finale est revenue au secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, après consultation avec Jacques Diouf et le Conseil exécutif du PAM. Avec le choix donc, pour éviter des complications d'ordre financier, de nommer l'Américaine Josette Sheeran, sous-secrétaire d'Etat aux affaires économiques, commerciales et agricoles, pour remplacer, dès le printemps prochain, le directeur actuel du PAM James Morris. Kofi Annan a très certainement été soutenu dans son choix par son successeur Ban Ki-moon, qui a lui-même bénéficié de l'appui des Etats-Unis pour sa nomination.

Walter Fust a été informé ce week-end de sa non-élection. Contactée lundi, la DDC n'a pas voulu confirmer l'information. «Nous ne ferons aucun commentaire avant l'annonce officielle», souligne Harry Sivec, le chef de presse de la DDC.

Josette Sheeran, 52 ans, candidate officielle du gouvernement américain depuis fin septembre, est républicaine, journaliste et diplomate de carrière. Elle succédera à deux Américains à la tête du PAM, James Morris et, avant lui, Catherine Bertini. Comme les Etats-Unis dirigent le PAM depuis quatorze ans sans interruption et que la Banque mondiale et l'Unicef sont déjà menés par deux Américains, Paul Wolfowitz et Ann Veneman, il était permis de penser que le poste pouvait revenir à un Suisse expérimenté et de terrain comme Walter Fust. D'autant plus que Josette Sheeran a dû essuyer quelques critiques pour avoir appartenu durant de longues années à la secte du révérend Sun Myung Moon. Mais l'influence et le jeu politique et financier des Etats-Unis ont fini par avoir raison de la candidature suisse, malgré le lobbying intense déployé.

«Que la nomination de Josette Sheeran soit annoncée un jour avant les élections du Midterm aux Etats-Unis n'est certainement pas totalement innocent», souligne, un brin dépité et désenchanté, un proche du dossier. «Le puissant lobby agricole a probablement su tirer quelques ficelles: l'importante contribution américaine au PAM est livrée presque aux trois quarts sous la forme de vivres et les paysans ont tout intérêt à pouvoir continuer à écouler ainsi leurs produits pour toucher des subventions...»

La Suisse devra rapidement se remettre de ne pas avoir su faire le poids face aux Etats-Unis dans ce dossier. Car une autre bataille s'annonce à New York, à propos de Nicolas Michel. Le Fribourgeois est depuis août 2004 secrétaire général adjoint de l'ONU aux affaires juridiques et rien ne permet aujourd'hui de savoir clairement si le Sud-Coréen Ban Ki-moon conservera la même équipe que Kofi Annan ou s'il décidera de reconstituer son cabinet. La diplomatie suisse va devoir agir finement pour conserver cet important poste.

Comment Walter Fust va-t-il se remettre de la mauvaise nouvelle de ce week-end, lui qui se voyait déjà diriger la plus grande organisation humanitaire du monde? Le Saint-Gallois, à qui de hauts cadres de l'ONU ont demandé en juillet de se porter candidat, devra probablement se résoudre à terminer sa carrière à la DDC, qu'il dirige depuis 13 ans. Le baron de l'humanitaire âgé de 61 ans pourrait bien y rester jusqu'en avril 2010, si aucun poste aussi prestigieux que la direction du PAM ne lui est proposé dans l'intervalle. Car l'homme ne songe pour l'instant pas à prendre sa retraite plus tôt: il a encore plein de défis à relever.