Service public

La Poste placée sous surveillance publique

La nomination de Géraldine Savary à la présidence de la PostCom et de l’ancien chef du réseau postal redonne plus de poids au service public

«Ce sont des nominations estampillées service public et cela me réjouit.» Le conseiller national Mathias Reynard (PS/VS), très attentif à tout ce qui touche à la desserte postale du pays, commente ainsi la désignation de Géraldine Savary, toute jeune retraitée du Conseil des Etats, à la présidence de la Commission fédérale de la poste (PostCom) et de Patrick Salamin comme membre de cet organe de surveillance du marché postal. Un bon connaisseur de la branche livre un commentaire très similaire: «C’est le signe du retour de La Poste dans la définition du service public plutôt que de celle d’une entreprise privée», dit cet expert.

Le Conseil fédéral a rendu publique jeudi soir la composition de la nouvelle PostCom. Géraldine Savary succédera le 1er janvier à Hans Hollenstein, ancien conseiller d’Etat PDC zurichois nommé à l’époque par Doris Leuthard à la tête de cette institution. Elle a été appelée par Simonetta Sommaruga pour assumer cette fonction à 50%, une activité qu’elle complétera par une autre présidence: celle de la Commission fédérale du cinéma.