La Poste poursuit sa mutation vers le numérique et mise sur la livraison des colis à la porte des clients. «La Poste doit renouer avec la croissance», a déclaré Urs Schwaller, président du Conseil d’administration de la Poste jeudi lors d’une conférence de presse en visioconférence. Avec sa stratégie «Poste de demain», l’entreprise entend continuer à financer par ses propres moyens le service universel et les investissements nécessaires, enrayer le recul du chiffre d’affaires et des bénéfices, et ainsi inverser la tendance.

Utiliser les réserves pour investir

«En matière de logistique et de communication numérique, nous voulons acquérir de nouvelles compétences et nous développer de manière significative. Dans cette optique, nous allons investir plus de 3 milliards de francs au cours des quatre prochaines années», explique Roberto Cirillo, directeur général de la Poste.

Pour cela, elle puisera dans ses solides réserves financières et utilisera aussi d’autres ressources, qui pourraient par exemple provenir de la vente de certains objets sans impact pour l’exploitation, issus de son portefeuille immobilier.

Des offres ciblées sur le dernier kilomètre

Les clients souhaitent de plus en plus être livrés tout de suite, partout et dans le respect de l’environnement, – de préférence directement sur le pas de la porte. La Poste entend donc développer de nouvelles offres et prestations qui ciblent précisément le «dernier kilomètre».

Lire aussi: «Toute la Suisse voulait commander en ligne»

L’augmentation considérable des volumes de colis liée à la crise du coronavirus laisse entrevoir la direction dans laquelle l’évolution va se poursuivre. La Poste prévoit de regrouper ses services logistiques pour les lettres et les colis au sein d’une seule unité d’affaires. Elle va dans la foulée exploiter le transfert des volumes qui s’est opéré des lettres vers les colis pour mobiliser ces ressources au profit de l’ensemble des produits.

En matière de transport des marchandises, la Poste veut conforter sa position de leader sur le marché, développer l’activité de la logistique des marchandises au-delà des frontières nationales et garantir ainsi aux entreprises suisses l’accès aux marchés internationaux. Par le biais de partenariats et de participations à des plateformes logistiques, l’entreprise avance dans la numérisation de la logistique.

La Poste met à profit le principe éprouvé du secret épistolaire en l’appliquant à l’univers numérique. En tant qu’entreprise de service public détenue par la Confédération, la Poste soutient la Suisse, et notamment les PME, dans la démarche de transformation numérique et dans les échanges sécurisés d’informations avec les clients et les citoyens. Ce besoin s’est révélé de manière encore plus évidente sous l’effet de la crise du coronavirus.

Lire également: La Poste prépare une offensive politique

Ouverture du réseau

Le géant jaune va ouvrir son réseau aux entreprises de services et aux autorités. Ce net changement de cap doit permettre de mettre un terme à la transformation systématique des filiales en exploitation propre.

Les partenaires qui auront accès au réseau profiteront des prestations de services de la Poste et auront la possibilité d’offrir, à l’ère du numérique, un contact physique à leur clientèle via le réseau de filiales postales. Avec cette ouverture du réseau, la Poste établit de véritables centres de services pour les régions et crée une valeur ajoutée pour la Suisse.

Au cours de la période stratégique à venir, le réseau doit être stabilisé à environ 800 filiales en exploitation propre, chiffre qui avait été prédéfini lors de la précédente période stratégique. Les filiales et les différents points d’accès demeurent un pilier porteur de l’offre de la Poste, dont les prestations sont ainsi accessibles sur l’ensemble du territoire suisse.

Cette stratégie «La Poste de demain» entrera en vigueur le 1er janvier 2021 et s’appliquera pour les années 2021 à 2024. Elle vise toutefois un horizon plus lointain et sera déployée sur les dix prochaines années.