Service Public

La Poste va supprimer 22 offices d’ici à 2020 en Valais

La Poste conservera 43 offices sur 65 d’ici à 2020 en Valais, a-t-elle indiqué mardi. Mécontent, le Conseil d’Etat exige une solution de remplacement satisfaisante

Sur les 65 offices postaux du canton, La Poste ne voulait en conserver que 25. Le gouvernement cantonal a demandé à l’entreprise de revoir sa position. Celle-ci s’est engagée à conserver 43 offices jusqu’en 2020 au moins, communique-t-elle mardi.

Lire aussi: A Fribourg, 24 offices de poste sur 56 sont menacés

Un examen minutieux de 22 autres filiales sera mené au cas par cas, annonce La Poste. Dans six localités, des solutions ont été trouvées et seront mises en œuvre dans les prochaines semaines. L’entreprise annonce aussi, dans une prochaine étape, la création de 11 points d’accès supplémentaires.

Prendre en compte la topographie

Le gouvernement valaisan déplore les suppressions annoncées. «Les conditions topographiques valaisannes doivent être prises en compte pour continuer à assurer l’accès de chacun aux services postaux», écrit-il mardi. Le Conseil d’Etat veut que les intérêts économiques et touristiques en région de montagne soient mieux pris en compte.

Lire également: La Poste démantèle ses offices postaux

Le gouvernement valaisan demande aussi à La Poste d’éviter tout licenciement. Il attend encore de l’entreprise qu’elle prenne en compte les récentes décisions du parlement fédéral concernant l’avenir du réseau postal et qu’elle se conforme aux décisions politiques qui seront prises.

Appel au boycott

Le Conseil national a adopté fin mai une motion rendant impossibles, selon le syndicat des médias et de la communication Syndicom, les projets de fermeture actuels. «Il semble que la direction de La Poste ignore cette décision», écrit mardi le syndicat.

Lire: Le Conseil fédéral va évaluer les besoins en services postaux

Syndicom appelle à un boycott du processus de fermeture. Les cantons et communes ont tout intérêt à s’opposer au démantèlement. Le syndicat estime que les discussions ne devront être poursuivies qu’une fois la loi sur la poste révisée.

Publicité