En France, mais aussi aux Etats-Unis et en Suisse, la hausse des prix se fait de plus

en plus ressentir et agite le monde politique.

Lire nos articles à ce sujet:

Les chiffres sont sans appel. Depuis le début de l’invasion russe en Ukraine à fin février, les prix de l’essence ont explosé et les charges fixes des logements ont pris l’ascenseur par la faute du mazout de chauffage. Pour le moment, le Conseil fédéral n’a pas vraiment réagi, se contentant de mettre en place un groupe de travail. Ueli Maurer (UDC), ministre des Finances, a rapidement douché les velléités de baisses de taxes venues notamment de son parti, les jugeant périlleuses pour la caisse fédérale. Son collègue de parti, Guy Parmelin, chargé de l’Economie, s’est lui avancé à souhaiter des hausses de salaires, mais en laissant aux partenaires sociaux le soin de les négocier.