L’OFSP a annoncé dimanche sur Twitter un premier cas probable du variant Omicron en Suisse chez une personne revenue d’Afrique du Sud il y a environ une semaine. «Le séquençage apportera des certitudes dans les jours à venir», précise seulement l’OFSP sur le réseau social. Contacté par Keystone-ATS, l’OFSP déclare qu’elle informera «dès que le résultat sera disponible».

Le nouveau variant préoccupant du coronavirus a suscité durant tout le week-end inquiétudes, mesures anti-Covid et appels à la vaccination en Europe et ailleurs.

«Sauver Noël» 

Omicron se répand vite, des cas ont été confirmés en Belgique dès jeudi, puis les annonces se sont enchaînées en Allemagne, Italie, Royaume-Uni et République tchèque en fin de semaine. Pour Guy Parmelin, il s’agit désormais «de vacciner encore plus et encore plus vite», a-t-il assuré dans la SonntagsZeitung et la NZZ am Sonntag. Selon le Vaudois, la dose de rappel est aussi très importante pour les gens vaccinés il y a plus de six mois.

A ce sujet, Richard Neher, membre de la task force de la Confédération, va plus loin et propose de réduire le délai pour la dose de rappel de six à quatre ou cinq mois. Sans quoi de très nombreuses personnes en Suisse ne pourront pas recevoir de 3e vaccin avant la fin de l’année, a-t-il expliqué à la SonntagsZeitung.

Etant donné que les nouvelles infections se situent déjà à un niveau élevé, il ne suffit pas de freiner la hausse. Une baisse est nécessaire et pour cela il faut d’autres mesures, a-t-il souligné. Si la population reçoit autant de doses de rappel que possible dans les trois prochaines semaines, on pourra d’après lui «sauver Noël».

Dans la NZZ am Sonntag, la cheffe de la task force Tanja Stadler a elle aussi appelé la Suisse à agir. «S’il n’est pas encore possible d’évaluer la dangerosité du nouveau variant, l’on sait qu’il a contaminé des personnes guéries ou vaccinées.» La Suisse dispose d’une fenêtre d’opportunité qu’elle doit utiliser pour se préparer.

Mesures pour les voyageurs

Dans des interviews aux hebdomadaires alémaniques, le président de la Confédération Guy Parmelin insiste aussi pour que les personnes revenues récemment d’Afrique du Sud, pays où a été détecté pour la première fois jeudi le nouveau variant, se mettent en quarantaine. De son côté, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a requis samedi une mesure préventive allant dans le même sens.

Les voyageurs de 19 autres pays doivent désormais présenter un test Covid-19 négatif aussi bien à l’embarquement qu’à leur arrivée et se soumettre à une quarantaine de dix jours à leur arrivée en Suisse, selon la liste actualisée dimanche soir par le Département fédéral de l’intérieur.Y figurent nouvellement depuis dimanche minuit l’Australie, le Danemark, l’Angola et la Zambie. La mesure valait auparavant notamment pour la Tchéquie, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et l’Egypte.

Les passagers provenant d’Afrique du Sud et ayant atterri samedi à l’aéroport de Zurich ont dû se soumettre à un régime semblable. Les passagers du vol de Swiss en provenance de Johannesburg, qui devaient être vaccinés, guéris ou testés négatifs pour embarquer, ont été informés via un SMS en anglais de l’OFSP, après décollage, qu’ils devraient se mettre en quarantaine.

Les voyageurs en provenance du Botswana, du Swaziland, de Hong Kong, d’Israël, du Lesotho, du Mozambique, de Namibie, du Zimbabwe et d’Afrique du Sud sont interdits d’entrée sur le territoire. Les Suisses et les personnes disposant d’un permis de séjour sont toutefois exemptés de cette interdiction.

Vols de rapatriement

Les données des passagers de ce vol ont été simultanément transmises aux cantons afin de leur permettre de contrôler les quarantaines et les dépistages. Les éventuels cas positifs aux tests PCR vont faire l’objet d’analyses plus précises en lien avec le variant Omicron. En dehors de ce vol Johannesburg-Zurich de la compagnie Swiss, seuls des vols de rapatriement autorisés en provenance d’Afrique australe pourront encore atterrir en Suisse, a précisé l’OFSP.

Le premier cas de variant Omicron en Europe a été identifié en Belgique. En l’espace d’un week-end, le variant s’est étendu à plusieurs pays européens, comme la Grande-Bretagne, l’Allemagne et l’Italie. Les annonces se succédaient au rythme des heures.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé ce nouveau variant comme «préoccupant». Il présenterait un risque accru de contagion par rapport aux autres variants, dont le Delta, déjà très contagieux. Omicron s’est d’ailleurs imposé dans les régions où le variant Delta était prédominant.