Aviation

Premier coup de pioche pour l’Aéropôle de Payerne, après 20 ans de tractations

Maître d’œuvre et autorités ont donné le coup d’envoi du chantier du bâtiment qui, une fois réalisé, devrait permettre de développer l’aviation d’affaires sur l’aérodrome vaudois

Après vingt ans de tractations, l’Aéropôle de Payerne, dans le canton de Vaud, entre dans sa phase concrète. Le premier coup de pioche a été donné lundi dans le champ qui verra s’ériger le bâtiment aéroportuaire. Les travaux devraient durer 18 mois.

«Moteur enfin», a lancé Damien Piller lors de son intervention. L’homme d’affaires fribourgeois s’est félicité de «l’étape très importante» franchie par «ce superbe projet». «C’est un jour de fête, un jour de joie», a souligné le maître d’œuvre de l’aventure.

Un travail d’équipe

Au fil du temps, «nous avons eu de plus en plus de doutes sur notre crédibilité. Mais on y est arrivé grâce à un remarquable travail d’équipe». Damien Piller a salué l’engagement de la commune de Payerne, des cantons de Vaud et de Fribourg, et des autorités militaires qui ont ouvert la piste à de l’aviation civile.

Lire aussi: L’Aéropôle de Payerne prend son envol

Le bâtiment accueillera la société Speedwings, présidée par Damien Piller, qui opère une flotte de sept jets. Il abritera également des surfaces à disposition des entreprises dans ce qui doit devenir «un moteur de développement» pour toute la région, a affirmé la syndique de Payerne, Christelle Luisier.

Objectif: création de 1500 emplois

«C’est un immense plaisir d’être dans le terrain aujourd’hui, avec le début concret de Speedwings à Payerne et l’aéropôle qui peut enfin voler de ses propres ailes», a poursuivi l’élue. Elle a remercié le premier partenaire à avoir cru à l’avenir du site. «Nous avons désormais tout en main pour que d’autres entreprises viennent s’installer: l’aviation inspire la création.»

Président de Swiss Aeropole, Urs Ryf a cité Saint-Exupéry et ses «forces en marche» pour décrire l’apport des nouvelles infrastructures. Ce lieu possède «un grand potentiel» et agira comme une gare qui attire toutes sortes d’activités tournées vers le futur. A terme, entre 1500 et 2000 emplois sont espérés.

Pour la construction du bâtiment, la commune de Payerne a vendu (2,3 millions de francs) une parcelle de 13 000 m2 à la société immobilière Anura, détenue par Damien Piller. Celle-ci a investi quelque 23 millions de francs dans la réalisation de l’ouvrage.

Payerne rachètera pour 5,3 millions la partie de l’édifice qui comprend la zone d’aéroport et d’accueil d’entreprises. L’exploitation de cet ensemble est confiée à Swiss Aeropole, société créée par la commune de Payerne et la COREB (Communauté régionale de la Broye).

L’aéroport de Cointrin saturé

«Le visage de l’aéropôle se transforme», s’est réjouie Christelle Luisier, en saluant l’implantation de Boschung et ses 180 emplois juste à côté, sans oublier Solar Stratos.

Lire aussi: SolarStratos, l’avion solaire qui rêve d’un record d’altitude

Damien Piller a souligné qu’il s’agissait de développer l’aviation d’affaires et qu’il n’y aurait pas d’avions gros-porteurs pour le tourisme. Environ 8400 mouvements civils sont autorisés par année, alors que l’aéropôle en accueille quelque 400 actuellement.

«Nous avons veillé à être très pragmatiques. Avec Speedwings, on sait de quoi on parle, on est parfaitement au clair sur l’exploitation et on sait que le modèle fonctionnera et qu’il répond aux attentes des différents clients. C’est aussi un acte de foi dans le développement régional. Cointrin est saturé et l’on est persuadé qu’au fil du temps les objectifs seront atteints», a déclaré Damien Piller.

Avocat, promoteur, engagé dans les médias, le Fribourgeois brasse un volume d’affaires très important. Il a confirmé les chiffres avancés par Bilan: la construction de 3200 logements (1,6 milliard de francs) depuis le début du siècle et un engagement actuel dans diverses réalisations pour un total de 545 millions.

On peut notamment mentionner le Marly Innovation Center, le quartier de la gare de Bulle, le quartier Pré-des-Comtes à Romont ou encore l’Avry Centre 2020.

Publicité