Micheline Calmy-Rey est arrivée jeudi soir à Moscou pour son premier voyage officiel en Russie. Elle doit rencontrer son homologue, Sergueï Lawrow. Micheline Calmy-Rey devrait signer aujourd'hui avec le ministre russe des Affaires étrangères deux accords de désarmement dans le domaine des armes chimiques. La situation dans le Caucase devrait également être évoquée au cours des discussions, a indiqué le Département des affaires étrangères, qui a refusé de préciser si d'autres dossiers figurent à l'ordre du jour de cette rencontre. Un contentieux existe notamment entre les deux pays à propos de l'affaire Yukos et du crash d'Überlingen.

En mars dernier, le Ministère public de la Confédération avait bloqué 6,2 milliards de dollars sur les comptes de la société pétrolière, dont les deux tiers ont été libérés par la suite par le Tribunal fédéral. Quant à la plaie ouverte par la catastrophe aérienne d'Überlingen, qui avait fait 69 victimes russes en 2002, dans laquelle le contrôle aérien suisse porte une part de responsabilité, elle n'est pas encore refermée. Pascal Couchepin avait essuyé à cause de cela un accueil très hostile de la part du président Poutine, dont le souvenir demeure dans les annales.

On se demandait également jeudi à Berne si la prise de position du DFAE sur les élections ukrainiennes n'était pas de nature à indisposer le Kremlin. Dans un premier temps, la Suisse appelait à un réexamen du processus électoral, qu'elle ne faisait plus que souhaiter dans une formulation ultérieure. Les Russes sont très sensibles aux formules et épluchent les communiqués, assure un diplomate.